VAINCRE LE TERRORISME.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

VAINCRE LE TERRORISME

« L’expérience des dernières générations me convainc pleinement que, seule l’inflexibilité de l’esprit humain, fermement dressé sur le front mouvant des violences qui le menacent, et prêt au sacrifice et à la mort en proclamant : « Pas un pas de plus ! » Seule, cette inflexibilité de l’esprit assure la véritable défense de la paix de l’individu, la paix de tous et de toute l’humanité. » (Alexandre Soljenitsyne)

Qu’ils soient intégristes, fanatiques religieux ou anarchistes, les terroristes prêchent le viol de la société, et, par conséquent, ils ne sauraient être traités comme des adversaires réguliers. Car « vouloir donner aux choses le sens de ses désirs est la pire forme de dérèglements de l’esprit ». Ainsi s’est exprimé Bossuet dans une de ses prédictions au souffle lyrique de ses visions grandioses.

Lire la suite...
 
LA TROISIEME GUERRE MONDIALE EST PEUT-ETRE COMMENCEE.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

LA TROISIEME GUERRE MONDIALE EST PEUT-ETRE COMMENCEE.

Tout d’abord, je présente mes plus sincères condoléances attristées aux familles et aux proches des victimes de ces attentats.

Les hésitations répétées de nos gouvernements à prendre des dispositions adaptées conduisent toujours à des situations de crise gravissimes.

J’ai évoqué, depuis longtemps, ce risque majeur qu’est l’Islamisme pour les pays libres. Les Français attendent toujours le dernier moment pour croire aux réalités. Cela les entraîne à intervenir trop tard avec toutes les conséquences imaginables.

Malgré les risques majeurs auxquels nous sommes confrontés, la France a réduit son armée et supprimé la conscription nous affaiblissant pour longtemps. Nous sommes en guerre, qu’on le veuille ou non.

Lire la suite...
 
L'INTERVENTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

L’INTERVENTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE.

Monsieur le Premier Ministre Manuel Valls m’a laissé pantois.

Il a passé la plupart de son temps, comme tous ceux de l’UMPS, à asséner des affirmations sans donner les justificatifs correspondants.

A aucun moment il n’a été question de la France et des Français. Dans notre situation actuelle, c’est pourtant la seule chose qui compte.

Je n’ai retenu qu’un point parmi ses réponses : sa haine du Front National. Pourquoi une telle haine ? Il ne le sait peut-être pas lui-même. En tous cas il n’a rien expliqué de cohérent.

Lire la suite...
 
LES ANGLO-SAXONS NE NOUS ONT JAMAIS CONSIDERES COMME DES ALLIES.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

LES ANGLO-SAXONS NE NOUS ONT JAMAIS CONSIDERES COMME DES ALLIES.

De Gaulle refusait de célébrer le débarquement anglo-américain en Normandie. Ce fameux 6 juin (sixième jour du sixième mois du sixième an de la Guerre…) était considéré par lui comme une occupation à venir de l'Europe et une mise à l'écart de la France du fait de ses élites collaboratrices. La bourgeoisie française aux ordres de l'étranger, comme dit un jour Jean-Pierre Chevènement dans un discours inspiré, changerait simplement de patron. D'allemand, il devenait américain. Aujourd'hui il est les deux.

Parlons du débarquement. Le Général en parle très bien dans ses Mémoires (tome II). Il redoute beaucoup les intentions de Roosevelt. Et voici ce que De Gaulle déclare à Alain Peyrefitte en 1964:

« La France a été traitée comme un paillasson! Churchill m'a convoqué d'Alger à Londres, le 4 juin, il m'a fait venir dans un train où il avait établi son quartier général, comme un châtelain sonne son maître d'hôtel. Et il m'a annoncé le débarquement, sans qu'aucune unité française n'ait été prévue pour y participer. Nous nous sommes affrontés rudement. Je lui ai reproché de se mettre aux ordres de Roosevelt, au lieu de lui imposer une volonté européenne (il appuie). »

Lire la suite...
 
LA PUANTEUR.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

LA PUANTEUR.

A l’approche des élections régionales et des présidentielles, réapparaissent en surface, de plus en plus souvent, des attaques nauséabondes qui asphyxient notre système politique. Ces attaques sont orchestrées contre ceux qui ont le plus de chance d’être élus et de faire de l’ombre à ceux qui ont failli.

Actuellement, les attaques les plus fortes ont lieu contre le Front National car il est en passe de remporter peut-être 4 ou 5 régions importantes et peut-être même les présidentielles.

Pour bien comprendre, il faut savoir que l’UMPS défend les intérêts de la très haute finance internationale. Nos responsables politiques sont à leurs ordres. Comme ils savent que la route qu’ils nous font emprunter nous mènera à la catastrophe sans avoir le courage de s’y opposer, il ne leur reste que le mensonge et la médisance pour s’imposer en attirant à eux le plus possible de voix par tous les moyens.

Lire la suite...
 
LE DECLIN DE L'EMPIRE AMERICAIN.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

LE DECLIN DE L’EMPIRE AMERICAIN.

Un peuple n’est grand que lorsqu’il est capable de choisir un président et des chefs de qualité.

Or, il se trouve que le peuple américain, au même titre que le peuple français ne semblent plus capable de se les choisir.

Bien sur, l’industrie américaine demeure la plus forte du monde. Cependant, est-ce suffisant pour perdurer ? La grandeur et la puissance d’un peuple ont pour moteur principal ce qu’il y a dans la tête de ses habitants.

Staline à qui on parlait du Pape répliqua : « Le Pape ! Combien de division ? Ce fut pourtant un Pape qui fut à l’origine de la chute de l’Union Soviétique. La plus grande force qui soit est celle de la pensée.

On voit bien, à travers les hésitations du pouvoir en place que nos amis américains perdent pieds. On soutien DAESH et en même temps, on le bombarde. On fait ami-ami avec l’Arabie Saoudite et le Qatar alors qu’ils ont financé le terrorisme que l’on combat par ailleurs. Tout cela fait désordre. Ceux qui sont à l’origine de ces décisions manquent évidemment de culture. Ils ne se rendent pas compte que leurs décisions vont à l’encontre de leurs propres intérêts.

Lire la suite...
 
N'Y A-t-IL PLUS DE DELEGUES LOCAUX?
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

N’Y A-T-IL PLUS DE DELEGUES LOCAUX ?

Tout d’abord, je dois rendre hommage à nos compatriotes qui sont décédés dans des circonstances particulièrement horribles et je présente à leurs familles, et à leurs amis, les plus sincères condoléances de la part du MPFID.

Cependant, un homme politique de haut niveau doit toujours prendre de la hauteur par rapport aux évènements, quels qu’ils soient.

Je ne comprends pas pourquoi le Président de la République et le Premier Ministre se rendent sur les lieux d’un drame aussi grave soit-il. A cause du nombre des victimes ? Peut-être ! Cependant, est-ce le nombre qui doit en décider ? Il faudrait nous dire à partir de combien de victimes ils doivent intervenir directement. Dans le cas contraire, pourquoi ne se déplaceraient-ils pas pour chaque accident mortel ?

Lire la suite...
 
SIGNE DU DECLIN AMERICAIN.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

Ligue du Midi

Membre du

Réseau-identités

www.liguedumidi.com

Twitter : https://twitter.com/liguedumidi

Facebook : https://www.facebook.com/La-gue-du-Midi-198935086814362/timeline/

SYRIE : SIGNE DU DECLIN AMERICAIN.

(34pourlafrance.blogspot.com)

Si l’on oublie le but recherché par la stratégie américaine au Moyen-Orient, on ne peut pas comprendre les actions américaines actuelles. Le but est la création d’un Grand Moyen-Orient sous dominance américaine. Par contre les actions deviennent de plus en plus erratiques et incompréhensibles au fur et à mesure que leur efficacité est battue en brèche par l’arrivée officielle de la Russie en Syrie. Autant la stratégie russe paraît claire même si on ne l’approuve pas, autant celle des USA est d’une incohérence que seule la puissance de ce pays pouvait amener à des résultats concrets. La création de l’EI et son expansion contrôlée par les USA avait permis de s’opposer aussi bien à Bachar el Assad, qu’à resserrer les liens avec l’Arabie Saoudite et à contenter Israël dans son opposition au Hezbollah et à Bachar.

Lire la suite...
 
LA VIELLE GARDE DE LA POLITIQUE.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

LA VIEILLE GARDE DE LA POLITIQUE

« On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme » (General Douglas Macarthur)

Au cours des siècles, qu’ils fussent grands hommes, génies, politiques ou saints, des hommes et des femmes ne purent faire de grandes choses que parce qu’ils étaient, d’abord, inspirés par un grand idéal. Et leur âge ne fut en rien un obstacle ni à leur projet, ni à leur réussite.

Longtemps durant, le créneau 60-65 ans fut considéré comme une sorte d’« âge d’entrée dans la vieillesse ». Désormais, comme l’ont notamment montré les travaux de Patrice Bourdelais, il faut atteindre 75-80 ans pour ressembler, en termes de santé, d’espérance de vie, d’activités, etc., aux sexagénaires des années 1950. Et pourtant, les jeunes qui entrent en politique aujourd’hui –quels que soient les partis-, pressés d’obtenir les meilleurs places sans pour autant les mériter, redoutablement assoiffés d’ambition et de pouvoir, véhiculent sans retenue ni considération pour leurs aînés, l’idée que « les anciens n’ont plus leur place ; qu’ils doivent la laisser aux jeunes »… ce que Jean-Jacques Rousseau niait en ces termes : « La jeunesse est le temps d’étudier la sagesse ; la vieillesse est le temps de la pratiquer ».

Lire la suite...
 
L'ARGENT.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

L’ARGENT.

Coluche, que je n’aimais pas toujours mais que j’aimais souvent, rappelait, dans un de ses sketches que depuis qu’il était tout petit, son père lui répétait : Tu vois, mon fils, dans la vie, il y a deux choses très importantes : « il y a le fric et il y a les fesses ». Certes, Coluche ne s’exprimait pas tout à fait de cette manière, mais cela voulait dire la même chose.

Alors, il s’était dit que puisque tout le monde avait des fesses, eh bien lui, il allait s’occuper du fric.

Cela m’a donné l’idée d’une réflexion sur le sujet. Je me suis demandé : Mais c’est vrai cela ! Qu’est-ce que l’argent ? Vous allez me répondre que cela sert à acheter, qu’on en a besoin pour vivre. Mais encore ?

Son rôle est déterminant car il est le levier de tous les bonheurs et de tous les excès. Vous allez voir, ce n’est pas triste.

Au début de l’humanité, à partir du moment où les hommes ont commencé à créer, soit de la nourriture par la chasse ou bien des objets divers, s’est posé le problème de l’échange. Le chasseur troquant tel ou tel animal contre une arme ou une poterie, il s’est alors posé le problème suivant : Comment rendre équitable un échange ?

En effet, l’animal échangé avait-il la même valeur que l’arme ou la poterie ? Quel produit avait demandé le plus d’efforts ? Lequel était le plus recherché ou le plus rare ? C’est pour toutes ces raisons que l’homme a créé l’argent qui permet en théorie de rendre équitable les échanges. Le salaire n’est rien d’autre que la mesure en unités d’échanges d’un travail effectué.

Lire la suite...
 
LE LIVRE DE PHILIPPE DE VILLIERS.
Appréciation des utilisateurs: / 0
Écrit par Georges Martin   

LE LIVRE DE PHILIPPE DE VILLIERS.

Je viens d’acheter et de lire le dernier livre de Philippe de Villiers intitulé :

« Le moment est venu de dire ce que j’ai vu ».

J’ai retrouvé le Philippe de Villiers que j’aime. Son honnêteté, sa droiture mais aussi sa vision des peuples font que je peux affirmer aujourd’hui que celui que les Français, englués dans des relents de doctrine marxiste et par médias interposés, ont démoli lorsqu’il se présentait aux élections, avait mille fois raison. Les français se sont tirés une balle dans le pieds.

Ce livre est basé sur des faits réels. Le style est de plus excellent. Composé de petits chapitres. Il est très facile à lire et à comprendre. Lu dans le système corrompu actuel, il ressemble à un bain de jouvence pour la France et les français. Il démontre qu’il y a encore des hommes dignes de ce nom dans notre pays.

Nous aurions eu besoin d’un homme comme lui. Il est sensible, humaniste, réaliste, honnête. De plus il sait ce qu’il veut. Les français auraient du voter pour lui.

Quant à moi, j’espère qu’il reviendra en politique.

Je vous recommande à toutes et à tous d’acheter et de lire ce livre qui vous donnera une idée des monstres qui nous gouvernent.

Ce ne sont pas les grèves qui amélioreront votre pouvoir d’achat mais la qualité de notre futur président et uniquement celle-ci.

Et maintenant, bons achats et bonne lecture.

Georges Martin.

 

 

 

 

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 127 - 147 sur 704
Joomla Templates by Joomlashack