HISTOIRE DE SAINT-DENIS. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

Premier épisode

La tradition nous dit que Saint Denis , premier évêque de Paris , martyrisé en 250 , se relève après sa décollation , prend sa tête entre ses mains et marche jusqu' à l'endroit qui devra être celui de sa sépulture , là où existaient le cimetière gallo-romain de Catulliacus, puis un mausolée .
Une église, construite en 475 sur des terres achetées par Sainte Geneviève, qui en 451 avait empêché l'invasion de Lutèce par Attila et ses Huns, devient centre d'une communauté monastique.
 
Dagobert , roi des Francs de 628 à 638, fait agrandir l'église et y dépose les reliques de Saint Denis et de ses compagnons , auprès desquelles il se fait inhumer , comme Charles Martel, vainqueur à Poitiers en 732 , Maire du Palais . Pépin le Bref , sacré à Saint Denis en 754 , remplace l'ancienne église mérovingienne par une basilique et se fait enterrer sur son seuil, visage au sol en signe d'humilité . Elle est consacrée en présence de son fils Charlemagne en 775.
 
En 867 Charles le Chauve devient lui même abbé de Saint Denis , lui conférant le titre d'abbaye royale, dont la prospérité attire les pilleurs et dévastateurs normands. Hugues Capet rétablit l'élection des abbés qui restent conseillers des rois .A son inhumation en 996, l'abbaye devient nécropole des rois de France , alors que la tradition du sacre s'impose à Reims .Mais Saint Denis garde les Regalia du sacre et l'Oriflamme des rois (Montjoie Saint Denis ). Au début du XI° siècle l'abbé de Cluny Odilon y introduit la règle clunisienne
 
Deuxième épisode
 
Abbaye et cloître se développent, notamment de1122 à 1151 par l'action de l'abbé Suger , conseiller de Louis VI et de Louis VII , à qui l'on doit le nouveau narthex avec voûtes sur croisées d'ogives, puis le choeur, merveille du nouvel art gothique. Il surmonte la vaste crypte romane, supportée par de massifs piliers cylindriques, qui englobe les constructions anterieures. En 1219 la foudre frappe la façade occidentale et de nouveaux travaux sont entrepris grâce aux dons de Philippe Auguste et de Blanche de Castille. Mathieu de Vendôme, abbé de 1258 à 1286, conseiller de Louis XI et de Philippe le Hardi, achève l'abbatiale en 1281. La dimension du transept a été voulue par Saint Louis, pour " un mausolée où les tombes de ses ancêtres royaux puissent être disposées avec honneur", chaque sépulture devant être ornée d'un gisant.
 
La nef et le transept de Saint Denis constituent un des chefs d'oeuvre du gothique rayonnant du XIII° siècle et porte la marque du grand architecte Pierre de Montreui. Puis Louis XII, François Ier, Catherine de Médicis, Henri II, Henri IV l'enrichissent d'oeuvres de Pierre Lescot, Germain Pilon.
Fortifié pendant la guerre de Cent ans, le monastère vétuste est démoli en 1700, puis reconstruit de 1700 à 1786 par Robert de Cotte selon des plans approuvés par Jacques Gabriel.
 
Troisième épisode
 
Mais la Révolution est fatale à Saint Denis : les ordres monastiques sont supprimés en 1790 , le trésor (notamment les châsses de Saint Eloi , orfèvre limousin trésorier de Dagobert ) fondu en monnaie, le plomb de la toiture enlevé, comme celui des vitraux, éclatés. Saint Denis devient "temple de la raison", puis entrepôt de céréales.
A la demande du conventionnel Barère les tombeaux sont profanés, des corps jetés en une fosse commune, les bâtiments saccagés en 1793; puis une deuxième vague de profanations sévit en 1794, d'autres restes de nos rois éparpillé. Napoléon les fera rechercher pour les déposer dans la crypte, et entreprend la restauration de l'édifice en 1805. Mais les travaux exécutés de 1813 à 1846 par Debret, sans rigueur et en hâte, sont désastreux. La reconstruction de la flèche nord du XIII° siècle, frappée encore une fois par la foudre, entraîne la démolition de sa tour porteuse et la démission du responsable, auquel succède Viollet le Duc.
 
En 1815, Louis XVIII fait ramener à Saint Denis les dépouilles de Louis XVI et Marie Antoinette, en 1816 les anciens tombeaux exposés au musée des Monuments Français d'Alexandre Lenoir, puis en 1817 les ossements des Capétiens et des Bourbons retrouvés dans des fosses communes.
 
En 1918 un dépôt de munitions explose à La Courneuve, brisant les vitraux du choeur dont Suger, pour qui la lumière élevait l'âme et disposait à la prière, avait lui même surveillé la mise en place. Quelques uns ont survécu à la destruction révolutionnaire et à cette déflagration, ainsi que ceux des chapelles hautes du choeur et du transept sud de la façade ouest, installés de 1841 à 1845.
 
La partie dite caveau des Bourbons aménagée en 1683 par Louis XIV dans l'ancienne crypte sous le sanctuaire, transformée en caveau impérial par les architectes de Napoleon est enterrée en 1947, ce qui permet la restauration de la Crypte dans son aspect d'origine, celle de la chapelle de Halduin du IX ° siècle et la découverte de la sépulture de Saint Denis. La basilique devenue cathédrale en 1966 reste le plus grand rassemblement au monde de monuments funéraires, mais tous ne sont pas originels, ils y ont été apportés à la Restauration et proviennent d'édifices détruits pendant la Révolution.
 
Enfin le coeur du petit martyr du Temple, Louis XVII, a été déposé à Saint Denis dans une urne de cristal le 8 juin 2004.
 
Le destin de ce Monument National nous frappe par les tragédies qui l'ont marqué, et les menaces qui suivent, comme le signale le texte de notre pétition. Mais il n'est pas le seul, et alors que nos voisins inventent les moyens de sauver leurs églises : Belgique , Suisse , Allemagne , Autriche mais aussi Canada , beaucoup de nos municipalités négligent leur entretien ou même les font raser, conséquence navrante de la loi de 1905, de l'exode rural et de la déchristianisation. Si les fidèles donnent autant qu'il leur est possible, si des associations s'efforcent de retarder ce désastre, grâce aux bénévolat, le mécénat fait défaut, mais surtout la volonté de l'Etat, plus prompt à trouver les fonds, malgré la crise, pour d'autres projets qui, eux, ne sont pas étroitement liés à l'Histoire de France.
 
F.B.R.
 
Joomla Templates by Joomlashack