ELECTIONS EUROPEENNES Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 2
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

ELECTIONS EUROPEENNES

Après une analyse approfondie de la préparation des élections européennes, le comité directeur du Rassemblement pour l’Indépendance de la France réuni à Paris le 16 mai 2009 constate avec regret que ses efforts pour la mise en œuvre d'une stratégie de rassemblement des souverainistes n'ont reçu aucun accueil favorable des mouvements politiques avec lesquels il entretenait des rapports étroits.

Le comité directeur du RIF déplore que les chefs qui étaient censés défendre les intérêts de la France aient choisi de s'égarer dans des aventures personnelles sans avenir. La division est inscrite dans l’oubli de la souveraineté : l'unité n’est possible que sur ce point de communion. S’agissant d’élections au Parlement européen, il est superflu d’aller plus loin en fait de « programme », puisque le parlement européen n’est nullement chargé de mener une politique autonome. Tout « programme » ou « projet pour une autre Europe », outre qu’il divise nécessairement, est de toute façon, lors de ces élections, hors de propos…
L'abstention ou le vote blanc constitue pour nous aujourd'hui, à grands regrets, la seule attitude possible, ce qu'ont aussi conclu d'autres mouvements et personnalités attachés à la souveraineté : Jean-Pierre Chevènement et le MRC, le Comité Valmy, les Gaullistes de conviction, l'UPR, et bien d'autres...
Le comité directeur du RIF, conscient du rôle qui lui incombera après des déconvenues électorales aujourd'hui probables, entend contribuer à accroître la diffusion des Cahiers de L'Indépendance "ouverts aux souverainistes de tous horizons".
Pour le comité directeur du RIF

Le secrétaire général Alain Bournazel Le président Paul-Marie Coûteaux.
Ma décision de refuser de courir, lors des prochaines européennes, sous les couleurs de l'organisation paneuropéenne Libertas suscite des interprétations si diverses que je me sens tenu de développer les faits et les raisons qui l'ont motivée. L’essentiel de « l’affaire Libertas » s’étant déroulé à Bruxelles, et peu d’informations en ayant été données, je le fais de façon détaillée, dans un memorandum donnant toutes les explications que j’estime devoir.
Paul-Marie Coûteaux
Bayrou - NDA même combat
Nicolas Dupont-Aignan se réclame de la République et du gaullisme. Il ne prend pas de grands risques tellement ces termes sont aujourd’hui consensuels. Il refuse la référence au souverainisme. Il a raison, ce n’est pas une valeur qu’il partage. Au risque de choquer un certains nombre d’amis de DLR, nous n’hésitons pas à affirmer que les positions de Nicolas Dupont-Aignan et de François Bayrou sur la question européenne sont proches, voire identiques sur le fond. Ce que Dupont-Aignan cherche à dissimuler en emballant ses propos dans le linceul d’un gaullisme délavé.
Prenons le document officiel de Debout la République qui figure sur son site Internet sous la rubrique 'Le projet politique' et qui prend nom de Manifeste des européens pour une autre Europe. Il est précisé que ce texte signé de plusieurs responsables politiques européens procède de l’initiative de Dupont-Aignan, ce qui implique qu’il a pris une part significative dans sa rédaction.
Passons sur les multiples à-peu-près, les petites inexactitudes qui émaillent ce texte et qui confirme, comme chacun le sait, que le président de DLR n’est pas très au fait des institutions européennes. Ainsi peut-on lire que le compromis de Luxembourg serait rétabli, alors qu’il n’a jamais été abrogé ; simplement les gouvernements français n’ont jamais eu le courage de le mettre en œuvre. On croit rêver quand on lit dans ce manifeste que « la Commission redeviendrait la structure administrative chargée de réfléchir aux intérêts communs des Européens». Même dans la rédaction initiale du Traité de Rome, la Commission n’a jamais été une structure de mission, mais l’organe de pilotage du dispositif européen.
Ne nous attardons pas trop non plus sur l’effrayant salmigondis d’un texte qui veut donner satisfaction à tout le monde sans effrayer personne et qui se classe incontestablement dans le registre bien connu du charabia politique. Ainsi apprend-on que le Parlement européen continuerait à jouer son rôle, tandis que les compétences de l’Union seraient réduites (mais on ignore les compétences qui seraient retirées à Bruxelles) et que les Parlements nationaux seraient renforcés. Comprenne qui pourra ! Le manifeste évoque également un protectionnisme européen sans dire comment il peut être mis en œuvre dans le cadre des traités.
La dialectique de Dupont-Aignan relève du grand écart. Au motif « des résultats globalement positifs » (sic) de la construction européenne, le président de DLR se garde bien de dénoncer les traités mais avance des propositions politiques dont il sait très bien qu’elles sont impossibles à mettre en œuvre dans le cadre des traités existants. A cet égard il est un vrai disciple de Nicolas Sarkozy. Ainsi le manifeste critique le pilotage actuel de l’euro sans remettre en cause la monnaie unique alors que Dupont-Aignan n’ignore pas que le pilotage d’une monnaie unique relève d’une politique du point moyen et que la France n’a aucune chance de faire prévaloir son point de vue à Bruxelles.
Sur le plan institutionnel, Dupont-Aignan renforce la lourdeur de l’appareil de Bruxelles. Dans les instances européennes, comme bien d’autres institutions, les votes peuvent acquis à la majorité simple ou à la majorité qualifiée. Dupont-Aignan invente des « majorités surqualifiées » (sic) qui viennent se superposer aux deux autres. La Cour Européenne de Justice (CEJ), sur laquelle il y a beaucoup à dire, a la charge de juger les conflits nés de l’application du droit communautaire. Dupont-Aignan lui surajoute une Cour de Cassation. L’Union Européenne possède une assemblée élue. Dupont-Aignan institue une deuxième chambre sans doute tout aussi inutile que la première mais qui aggravera les frais déjà considérables de la machine de Bruxelles. Au cours de cette campagne, il a plaidé à plusieurs reprises pour que la Commission soit désignée de manière « démocratique », ce qui revient une fois encore à conforter le pouvoir fédéral de l’Union Européenne.
Rappelons qu’une confédération n’est rien d’autre que la libre participation de ses membres à des projets communs. Elle se suffit donc de structures légères. En plaidant pour le renforcement, pour ne pas dire l’alourdissement des structures de Bruxelles, Nicolas Dupont-Aignan montre, quoi qu’il s’en défende, qu’il s’inscrit bien dans la logique fédérale d’une Europe supra nationale. Doter l’Union de tous les organes d’un Etat conduit inéluctablement à lui conférer la personnalité juridique d’un Etat. Nous n’en voulons à aucun prix.
Alain Bournazel
Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
C.TASIN     |86.213.91.xxx |2009-06-02 17:35:41
Si vous lisiez le petit livre mauve de NDA vous découvririez un projet complet
et cohérent qui remet en cause les anciens traités, qui défend la souveraineté
et l'indépendance de chaque pays et qui propose même la sortie de l'euro.Il est
lamentable que des républicains essaient de salir le seul vrai parti républicain
qui se présente à ces élections.
G.MARTIN  - Paul-Marie Coûteaux-Elections européennes     |86.71.182.xxx |2009-07-05 08:50:11
Paul-Marie Coûteaux a raison. Il faudrait déja que NDA nous explique ce qu'il
fait dans cette association mondialiste qui s'appelle les Youngs Leaders aux
cotés de Christine Ockrent et de quekques autres Français de renom.
(Voir le
livre de Pierre Hillard).
NDA n'a jamais protesté.
Philippe H.     |89.224.247.xxx |2009-06-06 10:59:15
Le RIF était la seule force sincère dans cette affaire d'union mais les appétits
nombrilistes des dirigeants DLR et MPF ont fait échouer celle-ci. La grande
victoire des dernières Européennes va faire place à la plus grande défaite de
notre mouvance et en même temps être le honte de notre cause. Nous travaillons
dès à présent sur la construction d'une force unique avec des gens sincères qui
remplacera ces incapables qui ont ruiné nos espoirs.
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack