LES ATTENTATS TERRORISTES. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

LES ATTENTATS TERRORISTES.

Les attentats contre Charlie Hebdo et la superette cachère ont soulevé une vague sans précédente de refus de tels assassinats dans un pays comme le nôtre. Elle s’est placée sous l’étendard de la liberté d’expression, qui n’est qu’une partie des valeurs attaquées. La remise ne cause est plus profonde. Elle touche au rejet du contrat social de notre république par des jeunes grandis en France. Ils se sont laissés convaincre que la souveraineté du peuple n’est rien par rapport à la souveraineté d’un Dieu. Comment est-ce possible ? Les explications divergent.

Les gouvernants et une partie des citoyens pensent que des mesures sécuritaires suffiront à colmater la brèche. D’autres, nombreux, ne rejettent pas un renforcement de la sécurité, mais estiment que le fossé est trop large pour être ainsi comblé. Encore faudrait-il s’entendre sur la nature du fossé. Pour certains, ces jeunes se sont laissés convaincre en raison de leurs attaches avec le flux d’immigrés venu des pays musulmans. Ce point de vue confond les causes et les effets. Si les immigrés musulmans ont tendance à se réfugier dans leur communauté d’origine, ce n’est pas d’abord à cause de leur nombre ou de leur religion. C’est avant tout parce que le contrat social français, en déliquescence depuis des décennies, n’offre aucun repère cohérent.

Le processus de destruction des nations est en route depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Les vainqueurs états-uniens ont peu à peu soumis de nombreux Etats, dont le nôtre, à une véritable colonisation linguistique, culturelle, économique et militaire. Cette colonisation, appelée mondialisation, soutenue par les multinationales, de fait à majorité américaine, s’accompagne d’une idéologie économiste qui se prétend incontournable en raison de son caractère soi-disant scientifique. Ce grand mensonge inonde le monde et la France.

Il n’est pas le seul. Les politiciens français se réclament de la démocratie. Ils se réfèrent à la Révolution française en oubliant ceux qui l’avaient précédée et lui avaient donné ses principes :

Montesquieu, la séparation des pouvoirs et sa définition de la vertu démocratique comme l’amour de la patrie et de l’égalité ;

Rousseau, le contrat social et la souveraineté indivisible du peuple qui implique que personne ne puisse se dire « représentant du peuple ».

La vie politicienne de notre pays est structurée par une Constitution qui organise la subordination du législatif à l’exécutif, rythmée par des élections dont le mode de scrutin n’a pour but que de favoriser la réélection des sortants soumise à la domination des mêmes au point de les voir escamoter le verdict d’un référendum marquée par l’abandon de la souveraineté française aux mains des institutions européennes.

Malgré leur responsabilité constante dans la décomposition du contrat social de leur nation, sachant qu’ils ne prendront aucune mesure sur ces problèmes fondamentaux, les politiciens osent se placer en tête d’un défilé populaire contre les conséquences de la politique qu’ils ont menées pendant des décennies…… Ils manifestent contre eux-mêmes……

Un comble !

André Fontaine.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack