RACISME ET IMMIGRATION. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 1
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

Mes chères amies, mes chers amis,

Je vais vous parler d’un sujet que très peu d’hommes politiques osent aborder franchement.

LE RACISME ET L’IMMIGRATION.

Je vais donc essayer d’exprimer mon point de vue qui est celui d’un français d’origine étrangère connaissant bien l’Algérie, pays musulman, d’une part, et la Pologne, pays catholique, d’autre part.

A moi aussi, on m’a enseigné que mes ancêtres étaient les gaulois, alors que j’ai dans les veines 25% de sang basque, 25% de sang catalan et 50% de sang italien. Je n’en suis pas mort pour autant. Ceux qui critiquent cet enseignement sont ceux qui ont refusé l’assimilation et ont choisi de s’installer chez les autres en imposant une culture et un culte qui sont ceux de leur pays d’origine. On peut se demander pourquoi ils sont venus puisqu’ils avaient déjà chez eux tout ce qu’ils réclament, (l’Islam avec ses minarets, sa polygamie, son voile intégral, sa charia, etc..), à part, naturellement, les avantages sociaux. On peut quand même remarquer qu’il eut été préférable d’expliquer aux enfants de l’empire que l’origine de la France remontait à la Gaule. Il n’y aurait jamais eu cette équivoque.

Devenir français cela signifie accepter l’héritage de la France, celui laissé par ceux qui nous ont précédé, le bon comme le mauvais, et le faire sien. C’est ce que mes ancêtres proches ont fait. Je continue sur cette lancée tout simplement parce que je me sens plus français que beaucoup d’autres et que la France est ma patrie et que je l’aime. En bref, je suis français.

Je suis donc un sudiste qui avec son sang basque et son sang catalan doit bien avoir après 700 ans de colonisation musulmane, dans la péninsule ibérique, quelques gouttes de sang arabe dans les veines. Cela me semble évident. 700 ans de colonisation, cela laisse des traces.

Ma mère qui s’appelait Borzi est née à Paris de parents immigrés italiens de la fin du 19ème siècle. Mon grand-père chassé d’Italie par la misère exerçait la profession de journalier. C’est-à-dire qu’il acceptait tous les boulots qui se présentaient à lui. Quand il passait dans la rue, on disait : « Tiens ! Voila le rital » comme on a dit plus tard : « Le polac ou le raton ». Ces termes péjoratifs font mal, mais sont plus engendrés par la bêtise du primaire qui se sent sur de lui parce qu’il se trouve sur son territoire alors que l’autre ne l’est pas ou ne l’est pas encore ou bien par l’individu déshérité qui se sent revalorisé, parce qu’il a rencontré quelqu’un qui est encore plus démuni que lui. On peut aussi assimiler, dans certains cas, cette attitude, à une forme de bizutage vis-à-vis du nouveau venu.

Ceci, pour me positionner par rapport au racisme.

Avant d’aller plus loin, compte tenu de la sensibilité du sujet, il me semble préférable de définir, avec un maximum de précision, ce qu’est le racisme.

Pour moi, il en existe plusieurs sortes :

1- Le racisme qui consiste à rejeter sans préambule, tout ce qui semble différent : chevelure, couleur de peau, caractère, habillement, etc.. Ce racisme là est viscéral. Ceux qui en sont atteints sont généralement incurables. Ils ne représentent, fort heureusement, qu’un très faible pourcentage d’une population. Ceci étant valable pour tous les pays du monde.

2- Le racisme d’auto-défense, qui apparait lorsqu’une communauté traditionnelle se sent envahie par une autre communauté, de mœurs, de coutume et de culte différents et qui se développe plus vite que celle qui se sent menacée. Il y a, alors, phénomène de rejet. Ce racisme là est le plus dangereux car il touche un grand nombre de gens mais c’est aussi le plus facile à guérir car il suffit de traiter la cause pour qu’il disparaisse.

3- Le racisme d’amour qui consiste à aimer les autres cultures et les autres cultes pour les qualités et les défauts qui leur sont propres, plus que sa propre culture et son propre culte. Celui-ci, peut amener un pourcentage d’une population à aider à l’implantation de communautés étrangères sur un territoire qui n’est pas le leur. Cet angélisme entraîne les peuples vers le racisme d’auto-défense dont je vous ai parlé avant. Il ne s’agit plus, dans ce cas là, d’immigration, mais d’invasion. Si les deux communautés arrivent à un niveau de force équivalent, il y a alors de fortes chances pour que cette situation dégénère en guerre civile.

Indiscutablement, le racisme, en France, est du type racisme d’auto-défense. Il a été engendré par une forme de racisme d’amour, lui-même engendré par ce que j’appelle le complexe du colonisateur instillé dans l’esprit des français par les marxistes depuis les guerres coloniales qu’ils ont pourtant tout fait pour provoquer; les algériens souffrant du complexe du colonisé. Pour ces raisons, les discussions entre français et algériens ne sont pas menées sincèrement. Les français en font trop et les algériens prennent des positions de blocage pour se valoriser.

La responsabilité de ce racisme incombe aux différents gouvernements qui ont favorisé la venue d’immigrés, main-d’œuvre à bon marché, sur notre territoire, au détriment de notre propre main d’œuvre. Ils n’ont pas prévu le retour de ces gens vers leurs pays d’origine en fin de contrat. Ils ont, au contraire, favorisé le regroupement familial de ces gens qui par voie de conséquence en ont profité logiquement pour faire venir leurs familles et rester chez nous. Ils ont créé des communautés ethniques et religieuses. Je rappelle que les deux hommes politiques qui sont responsables du regroupement familial sont : Monsieur Valérie Giscard d’Estaing alors Président de la République et Monsieur Jacques Chirac alors Premier Ministre. Ces deux hommes portent une énorme responsabilité vis-à-vis des communautés immigrées et d’accueil par rapport aux évènements futurs qui ne manqueront pas de se produire. Nous en avons déjà eu un échantillon.

A propos de cet échantillon, lors de ces émeutes, plusieurs dizaines de policiers furent blessés par armes à feu. Les médias n’ont pas fait leur travail en ne relatant pas la vérité. Jouons maintenant au jeu de la réflexion. Pourquoi la force publique n’intervient-elle pas comme elle devrait le faire ? Parce qu’elle a des ordres. Cela entraîne la question suivante : Pourquoi les ordres sont-ils de ménager les émeutiers musulmans ? La seule réponse logique à cette question est que la France est tenue par les pays islamiques. Comment est-elle tenue ? Je ne vois qu’une seule réponse : par l’argent que nous empruntons chaque mois pour payer les fonctionnaires. Imaginez que nous réprimions les émeutes comme cela devrait être fait ! Nous ne pourrions plus payer brutalement les salaires de notre administration car le crédit nous serait refusé. Vous voyez la situation !

Je pense comme la presque totalité des français que les signes extérieurs corporels marquant la différence n’ont qu’une importance relative. Ce qui compte c’est de savoir si on aime la France. En clair, le postulant à l’immigration doit se poser la question suivante : Suis-je prêt à prendre à mon compte le passé de la France, le bon comme le mauvais ? Si la réponse est négative, il ne lui reste plus qu’à retourner dans son pays d’origine qu’il n’aurait jamais du quitter. Par contre, si la réponse est positive, alors il sera le bienvenu au sein de la communauté d’accueil, dans laquelle il ne lui restera qu’à s’assimiler.

En dehors de cela, il n’y a pas de possibilité d’avenir commun durable.

Il ne peut pas y avoir de société multiconfessionnelle qui puisse durer et demeurer une démocratie car un pays, pour être performant doit faire son unité. Deux religions fortes au sein d’une même nation, surtout aussi dissemblables que l’Islam et la Chrétienté, couperont, au contraire, le pays en deux.

L’Islam est une grande religion dans laquelle le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel sont intimement liés. Le pouvoir spirituel domine et est à l’origine de la loi islamique : « La Charia ». Les immigrés musulmans, pour cette raison, ne se soumettront, avec réticence, aux lois de notre République, que le temps qu’il leur faudra pour devenir majoritaires. Après, ce sera fini. Avec la politique actuelle, il nous reste 40 ans au maximum. Sans doute beaucoup moins.

Il est criminel, pour les deux communautés, de faire cohabiter au sein d’un même pays, l’Islam et la Chrétienté. Je ne veux pas que mes enfants et mes petits enfants s’entretuent avec les enfants et les petits enfants des musulmans. Laisser faire est criminel pour les deux communautés.

Une mère qui vient de perdre son enfant tué par une bombe ou une balle soufre de la même manière quelle que soit la couleur de sa peau, sa nationalité ou sa religion. Les chrétiens et les musulmans peuvent réaliser de grandes choses ensembles, mais à la condition, nécessaire et indispensable, de garder la faculté de pouvoir se retirer chacun sur son territoire comme deux bons amis qui ont passé des vacances ensembles mais qui sont heureux de se retrouver en famille et qui seront impatients de se rencontrer à nouveau comme le font tous les bons amis du monde. Si vous vous imposez chez votre voisin, vous serez inévitablement rejeté. C’est ce qui est arrivé en Espagne.

Les problèmes que nous rencontrons proviennent du fait que l’Islam est incompatible avec la chrétienté.

Je connais bien les polonais de France. Les immigrés récents restent attachés à leurs habitudes, leurs coutumes. C’est normal, mais la première génération est à 100% française car ils sont catholiques.

Il y a de quoi se poser des questions quand on entend à la télévision des jeunes femmes musulmanes de la deuxième ou de la troisième génération dire que jamais elles n’épouseront un chrétien. Si elles le font, le futur mari sera dans l’obligation de se convertir à l’Islam avant le mariage. C’est ce qu’à fait le footballeur Ribéry ainsi que beaucoup d’autres. Ah ! Amour quand tu nous tiens ! Si jamais ce sont elles qui se convertissent au catholicisme, elles seront rejetées par leurs familles et dans le pire des cas risqueront leurs vies. On ne peut pas gouverner un pays sur ces bases. C’est suicidaire.

La France ne pourra redevenir un grand pays qu’à la condition qu’elle résolve ce problème majeur et très vite. Pour cela, les Français devront élire des hommes politiques nouveaux.

Depuis toujours, les grandes civilisations se sont organisées de la manière suivante :

1- Un pouvoir temporel indépendant qui est chargé de l’organisation matérielle de la société.

2- Un pouvoir spirituel indépendant qui est chargé de définir les limites à ne pas dépasser pour ne pas porter atteinte à la vie associative.

Toutes les grandes civilisations se sont organisées suivant ce principe. L’histoire nous a appris qu’à l’apogée d’une civilisation, le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel étaient toujours de force équivalente.

Lorsque le pouvoir temporel prend le pas sur le pouvoir spirituel et vice-versa, il y a alors décadence, soit par relâchement excessif des mœurs, soit par désintérêt de la vie matérielle. Dans les deux cas, la cellule familiale est diminuée et à la limite détruite. Le pays est alors prêt à se faire conquérir soit militairement soit cultuellement.

Par exemple, dans tous les pays islamiques, où le pouvoir spirituel domine, et qui n’ont pas de ressources pétrolières pour assurer leur survie, ils sont en pleine déconfiture économique.

Par exemple, en France, où le pouvoir temporel est pratiquement le seul maître à bord du navire, les notions de valeur ont été complètement diminuées et beaucoup de gens en sont à réclamer comme dans la Rome antique à l’époque du déclin, « du pain et des jeux de cirque ». Pour certains, en France, hélas, le pain commence déjà à manquer. Je ne crois pas que les jeux de cirque suffiront.

La laïcité issue d’une idée qui, je l’espère, était généreuse, n’aura eu pour conséquence, à ce jour, que de démolir notre pouvoir spirituel traditionnel, seul capable de faire notre unité, de rendre perméable notre société à des dogmes qui n’ont rien à voir avec ce que nous sommes et de favoriser la création de sectes diverses.

La France était au début du 20ème siècle la première puissance mondiale. L’état et l’église régnaient encore à égalité de force. Les marxistes ont volontairement détruit notre pouvoir spirituel au nom de l’internationale prolétarienne car ils savaient que pour rendre perméable notre pays au dogme marxiste, il fallait absolument détruire le dogme spirituel qui était en place. En clair, il n’y avait pas de place pour deux dogmes. Je ne vois donc pas pourquoi il y aurait aujourd’hui de la place pour deux.

Qu’est devenu le peuple de France, au milieu de tout cela ? Ils n’en ont pas tenu compte. Il a été sacrifié au nom d’un dogme païen laissant ainsi la France sans défense devant une invasion de type cultuel.

Alors ! Alors ! Si vous voulez améliorer vos conditions de vie en sauvant notre patrie, vous savez maintenant vers qui vous tourner et pour qui vous devrez voter. Pourquoi faire confiance, à nouveau, à ceux qui se sont révélés incapables, depuis 50 ans, en alternance, de redresser notre pays et de le sécuriser? Pourquoi ?

Ce vote patriotique est le point de passage obligé pour que la France retrouve tout son éclat, son rayonnement, sa grandeur, son honneur, son niveau de vie et que l’on puisse évoquer, à nouveau, sans rougir, la civilisation française.

Pour finir, une très belle phrase du Général de Gaulle. Celle-ci est par les temps qui courent vraiment de circonstance: « On peut être grand, même sans beaucoup de moyens, il suffit d’être à la hauteur de l’histoire ». C’est vrai aussi pour les partis politiques.

Apprenons donc notre histoire : la vraie !

Et enfin une petite prophétie que j’ai écrite il y a maintenant plus de vingt ans. Je l’aime beaucoup car elle résume parfaitement notre situation actuelle : « De la même manière que le communisme s’est effondré pour ne pas avoir réussi sa mondialisation, le capitalisme s’effondrera pour avoir réussi la sienne, et il entrainera dans sa chute tous les pays qui s’y seront soumis corps et âme ».

Si nous devions obtenir le pouvoir, tous les souverainistes, patriotes, et indépendantistes ensembles, sans exception. Je dis bien sans exception, au sein d’un même rassemblement, compte tenu de la situation réelle de notre pays, nous n’aurions, sans exagérer, en paraphrasant Winston Churchill, à vous offrir, dans un premier temps, « que de la sueur et des larmes », en préservant les plus faibles. Il faudra bien en passer par là. Le plus tôt sera le mieux, si nous ne voulons pas mourir.

Ceux qui vous promettront la lune seront des menteurs.

Rejoignez-nous dans notre combat !

Vive la République, vive la France !

 

Georges Martin..

 

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack