EST-CE LA FIN DU CAPITALISME? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

EST-CE LA FIN DU CAPITALISME ?

La situation du monde m’entraîne à vous rappeler sans cesse cette phrase que j’avais écrite il y a une vingtaine d’années, lorsque j’étais responsable pour la Seine-et-Marne du club de réflexion de Charles Pasqua et Philippe Séguin, Demain la France.

« De la même manière que le communisme s’est effondré pour ne pas avoir réussi sa mondialisation, le capitalisme s’effondrera pour avoir réussi la sienne et il entrainera dans sa chute tous les pays qui s’y seront soumis corps et âme. ».

En sommes-nous arrivés là ?

Tout d’abord, qu’est-ce que le capitalisme ?

Dans la racine du mot, il y a la notion de capital. Tout est basé sur l’argent. Faire du profit est la seule chose qui ait de l’importance.

De fil en aiguille, on finit par ne plus penser que finances. Cela devient une obsession. Tous les moyens deviennent bons pour s’enrichir.

Dans les grandes entreprises et les PME les cadres doivent en permanence « mettre la pression ». Il faut que les employés fassent le maximum de travail avec des rémunérations les plus faibles possibles pour permettre à ceux qui détiennent les finances de s’enrichir de plus en plus et de garder le pouvoir. Ces cadres assis sur des sièges éjectables, actionnés à la moindre faiblesse sont mieux payés car en fait, ils sont là pour imposer une rentabilité qui n’a pas forcément été prévue lors de l’appel d’offres.

Or, le capitalisme tiendra tant qu’il y aura des femmes et des hommes à exploiter.

On peut constater que les délocalisations dont le but est le profit maximum se répandent de plus en plus sur la planète. On peut s’imaginer facilement que les peuples utilisés vont vouloir de plus en plus s’assoir à la table du partage pour finalement devenir des concurrents redoutables. C’est bien normal !

Nous leur aurons fourni toute notre technologie qu’il nous aura fallu des siècles à acquérir et qu’ils utiliseront à nos dépends.

L’homme dispose d’un esprit combatif qui lui confère une volonté de domination qui si elle n’est pas freinée peut aussi le conduire à sa perte. C’est le rôle des religions de placer ici et là des bornes spirituelles incitant les hommes à éviter d’abuser de leur pouvoir quand ils en ont.

Or, le capitalisme argentivore ne laisse plus la moindre place à la spiritualité qui prône, dans la plupart des cas le désintéressement matériel. C’est une des raisons de l’affaiblissement du Christianisme. Les hommes ont suivi le chemin de la facilité.

On s’étonne que Wolkswagen ait triché. Pas moi ! A partir du moment où seul compte le profit, tous les moyens deviennent bons pour arriver à ses fins. C’est peut-être le milieu dans lequel nous vivons qui est pollué.

L’argent a même envahi le sport avec d’énormes tricheries dont on n’aperçoit sans doute que la partie émergée de l’iceberg.

Le capitalisme dynamise l’économie mais concentre l’attention des hommes sur l’argent qui ne devrait être en réalité, que la représentation en unités d’échanges d’un travail effectué, rien d’autre. (Voir mon texte sur l’argent).

La télévision ne vous parle que d’audimat, de nombre d’entrées, de nombre de disques vendus, etc… La qualité est devenue inintéressante et passe à une position qui est presque celle de l’oubli. On vous vante la qualité vraie ou fausse d’un produit parce que cela rapporte.

Les chanteuses montent sur scène très dénudées. Cela n’a rien à voir avec leur voix. Quand on a du talent, il n’est pas nécessaire de montrer son derrière. Par contre, pour faire de l’argent cela aide. Cela attire l’œil. C’est cela qui compte.

Un pays se détériore lorsque la religion de ce pays est laminée et qu’il n’y a plus de valeur morale. La morale laïque ne remplacera jamais la morale spirituelle.

La dimension humaine de notre société a été complètement occultée. La future organisation politique sera matérielle et spirituelle. Le bien-être des hommes sera pris en compte en permanence. L’argent ne guide pas tout.

Nous en sommes là !

Les adeptes de cette laïcité qui nous a détruits ne se rendent pas compte qu’en permettant l’installation d’autres religions sur notre territoire on a détruit l’unité de la France en créant des communautés antagonistes qui n’ont rien à voir avec ce que nous sommes.

Pour moi, le capitalisme est mort en tant que règle de vie. Il faut aller vers le libéralisme qui s’adapte parfaitement au caractère de l’homme.

Les marxistes vous diront que le capitalisme et le libéralisme c’est la même chose. Au risque de leur déplaire, je dis qu’ils sont, au contraire, très différents l’un de l’autre. Dans la racine du mot libéralisme, il y a la notion de liberté, celle d’entreprendre. C’est sans doute ce qui les gène.

Le danger, c’est que les hommes sont les hommes et que le libéralisme non réglementé peut nous faire retomber dans le capitalisme.

Oui, je crois que nous assistons au commencement de la fin de ce régime qui aura dynamisé les hommes du 20ème siècle mais les aura aussi asservis.

En ce début du 21ème siècle, les hommes sont divisés en deux clans :

1- Ceux qui produisent, qui n’ont pas grand chose et qui sont devenus les esclaves modernes du monde. Le fouet a été remplacé par l’argent.

2- Ceux qui ont tout et qui disposent de revenus tellement importants qu’ils n’en ont pas l’utilité.

Je suis sur que la seule voie que nous devrions suivre est celle du libéralisme au sein d’un régime politique que choisirait le peuple de France.

Sans cela, point de salut !

Vive la France libre, indépendante et souveraine.

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack