LE ROI DE GAULLE. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

LE ROI DE GAULLE.

Il faut bien le reconnaitre : c’est sous la Présidence du Général de Gaulle que la France est redevenue temporairement une grande puissance, écoutée et respectée.

Le Général a conçu la cinquième République comme une monarchie avec un roi éphémère élu tous les 7 ans qui ne dépendait en aucun cas du Parlement.

Pourquoi ?

Pour ceux qui n’ont jamais été élus, il faut savoir que puisque la règle du jeu de toute élection oblige ceux là à se représenter régulièrement devant les électeurs, les élus lors de la première moitié d’un mandat mettent en œuvre les réformes désagréables et la seconde moitié à réaliser tout ce qui est agréable de manière à faire oublier la première avant de se représenter. Les électeurs ont toujours la mémoire courte.

Par exemple, quand on est Maire d’une commune, la première moitié du mandat consiste à augmenter les taxes locales en disant que la gestion précédente était calamiteuse, ce qui est parfois vrai, et la seconde à refaire les trottoirs ou la place du marché. Cela se voit et rend le Maire sympathique.

C’est le système qui est mauvais. Il ne fonctionne que dans l’intérêt de ceux qui sont avides d’un poste et de pouvoir.

Le Général de Gaulle cherchait à empêcher cela par tous les moyens.

Je pense qu’il aurait aimé restaurer la monarchie qui a construit la France. Il ne l’a pas fait car le peuple n’était pas prêt pour une restauration.

Ce qui a détruit la royauté c’est quand les rois Louis XV et Louis XVI décidèrent de consulter les Etats-Généraux et le Parlement, lesquels étaient composés de notables dont l’idée première était de défendre leurs places et leurs statuts, en fait leurs intérêts comme aujourd’hui !

On n’empêchera jamais une femme ou un homme politique de faire passer ses intérêts personnels, s’il en a envie, avant l’intérêt général. Ce qu’il faut, c’est empêcher ces gens là d’arriver au pouvoir.

Les discussions, les bavardages inutiles ne sont là que pour endormir le peuple. Ne dit-on pas d’ailleurs dans les milieux politiques : « si tu veux enterrer une réforme, crée donc une commission. ».

C’est pendant l’ère gaullienne que fut mis en œuvre l’Aérospaciale, la force de frappe, que furent mis en service Concorde et le paquebot France. Tous ces projets furent combattus par les socialistes et les communistes qui savaient tout mais n’ont jamais été capables une fois au pouvoir de continuer sur cette belle lancée et de transformer l’essai. Au contraire, ses successeurs ont détruit la cinquième République en modifiant la Constitution. Je résume : Le mandat du président a été réduit à 5 ans, ce qui lui laisse deux ans et demi pour gouverner avant qu’il ne pense à sa réélection. La suppression du référendum obligatoire dès qu’il est question de toucher à la souveraineté de la France. L’entrée de la Turquie dans l’Europe sera donc déterminée uniquement par les parlementaires qui sont assujettis à une ré-investiture de leur parti. Le Président actuel s’apprête à son tour à la modifier. Je ne pense pas que son but soit vraiment d’y inscrire la déchéance de nationalité. Je pense qu’il utilise celle-ci pour modifier autre chose en plus dont il ne parle pas et qu’il juge déplaisant pour lui et dont il ne veut pas débattre. Cela pourrait bien être par exemple l’article 16 relatif aux pleins pouvoirs nécessaires en cas de crise grave. Je signale à nouveau que dans la loi, la déchéance est possible. Il suffit de l’appliquer. Pour cela, il n’est pas nécessaire de modifier la Constitution de la Cinquième République.

Pour qu’un pays soit efficace, il lui faut un chef qui soit à même de prendre des décisions. Il ne faut pas des petits chefs de circonstance qui sous prétexte qu’ils sont sortis de l’ENA ou d’ailleurs pensent tout savoir en nous détruisant. Il doit être entouré de ministres compétents. La politique de la France doit aussi s’inscrire dans la continuité. Actuellement, les réformes mises en œuvre par le président en place seront détruites par son successeur parce qu’il n’appartient pas au même parti politique que lui. Deux pas en avant deux pas en arrière. C’est notre situation. Le bien être du peuple doit être primordial.

Débarrassons-nous des apprentis sorciers !

Je suis sur qu’il faut lancer un grand débat national, sans arrières pensées, afin de savoir si la République est bien le régime qu’il nous faut. Je pense qu’il faudra que nous en passions par là.

Nous devons y réfléchir sérieusement. Le peuple devra décider seul sans nos hommes politiques qui sont partie prenante et donc intéressés.

Notre vie en dépend !

Vive la France libre, indépendante et souveraine !

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack