J'AI PEUR! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

J’AI PEUR !

Oui, j’ai peur. Pas pour moi, car j’ai fait une grande partie de mon temps, mais d’abord pour notre pays la France, pour mes enfants et mes petits enfants ainsi que pour tous les enfants de France. Les deux ou trois dernières générations sont responsables de notre déchéance. Je suis sur que l’abandon de notre spiritualité est à la base de celle-ci car cette lacune ne nous permet plus de distinguer les choses avec discernement.

Cet abandon a entrainé le non respect de la vie. Chacun sait qu’il y a des choses qui sont sacrées. En tête, se situe celui-ci. C’est primordial. Jérôme Lejeune se battait pour cela. Mal lui en a pris. Il fut persécuté. Nous vivons dans un monde où il ne fait pas bon s’opposer au politiquement correct.

Les défenseurs de l’euthanasie ne se rendent pas compte qu’à partir du moment où on ouvre une brèche dans une digue, cette brèche va s’agrandir sous la poussée des eaux et tout engloutir. Ceux-ci seront peut-être confrontés à cette situation où ne voulant pas mourir, on les y obligera. Ensuite, pourquoi pas, on éliminera ceux qui sont mal formés, ceux qui ont des maladies chroniques, etc… Nous aurions du, dans ces conditions tuer Ludwig van Beethoven.

Un certain nombre de scientifiques contemporains que nous pouvons voir de temps en temps sur nos écrans de télévision et qui paraissent très diminués physiquement sont capables de comprendre des choses que le commun des mortels n’imagine même pas. La nature humaine est exceptionnelle, quelle que soit sa forme.

C’est pour cela qu’il y a des comités d’éthique rigoureux qui sont chargés de protéger l’avenir des sujets sensibles.

La religion est aussi, en quelque sorte, un comité d’éthique car elle définit les limites spirituelles à ne pas dépasser pour ne pas porter atteinte à la vie associative. C’est fondamental.

Or, actuellement, la religion catholique est plus ou moins moribonde. Les prêtres se font rare, les églises sont à moitié vides, etc.. Elle a subi une influence marxiste. Elle se mêle de plus en plus de politique, alors qu’elle devrait se limiter au pouvoir spirituel.

En conséquence, la morale a disparu. Le bien et le mal ne sont plus enseignés. Les mères de famille ne sont plus à même d’éduquer leurs enfants car le matérialisme a dominé une grande partie du monde. On a réussi le tour de force d’obliger indirectement les mères de familles à travailler pour rapporter le complément indispensable à la survie du ménage car les ouvriers ne peuvent le faire avec un seul SMIC. Les financiers disposent donc maintenant de deux ouvriers pour le prix d’un.

La pornographie se développe sur des chaînes de télévision où des accouplements bestiaux sans amour, deviennent de plus en plus regardés par les enfants, malgré les soi-disant codes de protection qui en pratique ne servent à rien. Les femmes sont avilies et abaissées. On se demande ce qu’ils penseront de leur mari ou de leur femme, et les enfants de leurs mères, pour le reste de leur vie. Et surtout comment seront-ils éduqués et comment éduqueront-ils à leur tour leurs enfants ?

La malhonnêteté en tous genres s’est développée jusqu’au niveau de ceux qui devraient nous donner l’exemple. Ceux qui nous accablent d’impôts sont ceux qui, à titre personnel, cherchent à échapper au fisc.

Je ne vous ferai pas une liste qui pourrait être longue car vous l’avez déjà constaté sans moi.

Le mariage entre personnes du même sexe, s’il a fait plaisir à certains homosexuels, n’a pas renforcé le caractère sacré du mariage, bien au contraire, dont le but est d’assurer la descendance des peuples en la protégeant. Le mariage est une institution. Il est le pilier à partir duquel se développe et perdure une nation.

Je trouve que sur ce sujet le PACS était amplement suffisant. Il était même sans doute inutile. Si la revendication légitime des vrais homosexuels était de pouvoir transmettre à l’être aimé un héritage, ce qui est normal, alors dans ce cas, il fallait réformer le code des impôts au lieu d’abîmer une institution millénaire qui assurait la survie de notre nation. Les conséquences ne nous seront connues que dans un certain nombre d’années. Il sera alors très difficile de faire demi-tour.

Nous sommes sur une pente savonneuse qui nous entraîne vers l’inconnu. Combien de temps durera la glissade ? Elle peut aller très loin. Trouverons-nous la force de nous accrocher à ce tronçon d’épée et à l’âme française dont parle le Général de Gaulle ? C’est au peuple de France de le trouver sous la conduite d’un chef visionnaire et courageux qu’il nommera et suivra de bon cœur.

Vous pouvez consulter le texte intitulé : Projet de réformes de la nation française qui se trouve sur ce site. Il vous prouvera qu’il est possible de sortir de l’engrenage dans lequel nous sommes pris. Il suffit d’en avoir la volonté. La réponse est primordiale et très gênante pour nos hommes politiques. Pour mettre en œuvre de telles réformes, il faut une femme ou un homme qui ait l’habitude du risque, qui connaisse la vie de tous les jours et qui ait beaucoup de courage physique car de telles réformes pourraient gêner beaucoup d’intérêts.

En plus d’avoir à réformer profondément notre pays, nous allons sans aucun doute affronter un chaos dramatique. Je ne vois pas comment y échapper. Ce sera peut-être, hélas, l’élément déclenchant qui verra se rallumer les petites lucioles dont parle Philippe de Villiers, représentant le retour à ce que nous sommes par un réveil de toute notre jeunesse qui aura enfin compris qu’on lui a trop longtemps menti.

Pour redonner une impulsion rédemptrice à notre civilisation, je suis de plus en plus sur que ceux qui seront à même de le faire ne passeront pas par le système électoral car il faudra sans doute bousculer bien des acquis sociaux. Le peuple choisira en fonction des circonstances l’homme providentiel à sa disposition que l’on sollicitera. Il en a toujours été ainsi dans l’histoire du monde.

Le Général de Gaulle écrivait que les grands hommes providentiels ne pouvaient se révéler que dans les périodes où une nation traversait des heures désespérées. En effet, dans ces moments difficiles, où il n’y a que des coups à recevoir, les carriéristes, les affairistes et les opportunistes sont heureux de laisser la place à celui qui veut bien la prendre. Une fois les libertés rétablies et le pays redressé économiquement, on voit ressurgir de partout les carriéristes, les affairistes et les opportunistes de tous poils mus par des intérêts personnels qui n’ont qu’une idée en tête, celle de déloger le grand homme à qui la nation doit tout, car la place est bonne à prendre, il n’y a plus de risque et les affaires peuvent reprendre.

Il en est ainsi depuis la nuit des temps. C’est la nature de l’homme. Hélas !

C’est pour cela qu’il y aura toujours des guerres. Si vous voulez les éviter, préparez la guerre. On ne s’attaque que rarement à celui qui est trop fort pour vous.

Vive la France libre, indépendante et souveraine !

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack