FIN DE LA MASCARADE. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

FIN DE LA MASCARADE.

On commence à mieux comprendre vers quelle direction les Républicains et le PS, partis de moins en moins dominants, nous entraînent. Le masque est en train de tomber.

Comment cela ?

Tout simplement dans les conseils régionaux. Les partis politiques, adeptes du mariage de la carpe et du lapin, lorsque cela les arrange, qui se disent opposés avant l’élection, se réunissent sur des plateformes de gouvernement d’où sont exclus naturellement les souverainistes qui représentent à eux seuls un pourcentage d’électeurs plus élevé que la dite droite rassemblée et la dite gauche rassemblée.

Il faut remarquer que prôner un vote républicain était un élément annonciateur de cette dérive très instructive. Les Républicains et le PS depuis de nombreuses années pratiquent la même politique à quelques petites variantes près.

La première impression que je ressens est celle de deux partis à la dérive qui pour conserver leur suprématie s’allient autour du fédéralisme sans se rendre compte qu’ils courent à leur perte en distribuant un certain nombre de postes rémunérés en nous entraînant dans un gouffre vertigineux. Vouloir faire une Europe Fédérale sans l’accord des peuples est suicidaire.

On voit bien que la lutte politique actuelle se situe entre deux blocs : l’un fédéraliste, l’autre confédéraliste. La droite classique et la gauche classique sont mortes. Aucun de ces deux partis ne pourra à lui seul remporter une nouvelle victoire électorale.

Je rappelle que le fédéralisme c’est l’abandon de son droit à disposer de soi-même en s’inféodant à la puissance financière mondiale, alors que le confédéralisme, c’est garder son indépendance au sein d’une communauté, de participer librement à tel ou tel projet en fonction des intérêts du pays. (Concorde fut réalisé de cette manière, l’Aérospatiale aussi, Airbus également, etc..). Ils dominent complètement notre pays car ils ont réussi à mettre la main sur une grande quantité de devises en papier qui en réalité ne représente qu’elle-même.

Il faut bien se rappeler que la quantité de billets de banque n’est déterminante qu’artificiellement. La véritable puissance d’une nation, c’est sa capacité à produire des richesses. Or la France qui était très bien placée dans ce domaine à délocalisé ses différentes productions mettant en grande difficulté l’emploi, notre rang mondial et notre niveau de vie.

Pour l’exemple, imaginez qu’il n’y ait plus d’échanges dans un pays et que chacun n’ait pour vivre que ce qu’il produit, le paysan pourrait manger sa production et le banquier n’aurait pour se nourrir que du papier. Il est évident que le plus important est le paysan, bien que celui qui a le plus de possibilités d’échanges soit le banquier.

Je ne suis pas devin. Cependant, nous allons bientôt nous trouver dans un chaos dont nous nous souviendrons longtemps.

Je sais que ce que je dis n’est pas politiquement correct, n’est pas dans l’esprit du temps. J’ai connu les bombardements des alliés pendant la seconde guerre mondiale. J’ai effectué 27 mois de service militaire en Algérie. Je connais la guerre. Je n’ai pas envie de la revoir. Elle est destructrice. C’est pour cela que j’essaye de transmettre ma petite expérience à la belle jeunesse française. Hélas ! C’est très difficile. Il est dans le caractère de chaque homme de croire qu’il peut façonner le monde comme il veut, sans doute par orgueil. La vie n’est qu’un éternel recommencement. C’est pour cela qu’il y aura toujours des guerres et encore des guerres. Nous devons nous y préparer. Si elles n’ont pas lieu, et bien tant mieux.

Oui la mascarade se termine. Ceux qui nous ont détruits vont devoir expliquer les raisons de leur comportement. Ils sont au bout de leur rouleau. Peut-être ne s’en rendent-ils pas compte ! Dans ce cas, il leur manque, soit la culture nécessaire, soit l’expérience de la vie de tous les jours.

Pour comprendre la vie, il faut y avoir participé à tous les niveaux. Les financiers ne la connaissent pas. Ils se contentent d’entasser les billets sans se rendre compte des souffrances que chacun d’entre eux représente pour ceux qui les ont gagnés.

Quoi qu’il en soit, nous allons souffrir tous autant que nous sommes.

Cependant, nous devons nous dire que nous sommes responsables car nous avons laissé se mettre en place toutes les dérives voulues par nos hommes politiques au sein d’une soi-disant démocratie. C’est pour cela que je suis contre le vote irresponsable. Je veux dire quand on ne sait pas. Les conséquences sont dans ce cas catastrophiques.

Fin de la mascarade !

Vive la France libre, indépendante et souveraine.

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack