QuE PEUVENT-ILS BIEN VOULOIR? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

QUE PEUVENT-ILS BIEN VOULOIR ?

A n’en pas douter, tous ces gens qui manifestent et surtout ceux qui les manipulent ont un but. Mais quel est ce but ?

Le Général de Gaulle déjà fulminait contre « les agitateurs à la solde de l’étranger ». Etre pour ce qui est contre et contre ce qui est pour donne à penser qu’un pouvoir occulte est derrière tout cela. Il s’agit d’empêcher la France d’aller bien et par les temps qui courent d’aller mieux.

Qui est derrière tout cela ? En réfléchissant, on peut découvrir des pistes intéressantes.

Pour cela, il faut se poser les bonnes questions et se placer comme si nous étions au centre du monde.

Tout d’abord pourquoi la France est-elle dans le collimateur ?

Bien que ne pesant que 65 millions d’habitants, elle a un long passé culturel. Elle porte en elle une grande partie de l’histoire du monde. Elle est un besoin du monde comme disait Philippe de Villiers. De plus, sans la France, l’Europe Fédérale ou Confédérale ne pourrait pas exister.

Le nombre ne fait pas la qualité. C’est peut-être pour cela qu’on cherche à nous déculturer.

Je n’ai rien à redire au syndicalisme. Il est nécessaire à la défense des plus faibles. Cependant, les syndicats ne sont pas là pour faire les lois ni pour gouverner. Pour cela, il y a un parlement et un gouvernement élus. Leur rôle doit se borner à défendre les intérêts de leurs adhérents face à des lois établies par le parlement. Or, depuis que je suis venu au monde, j’ai toujours vu les syndicats agir comme un contre pouvoir pratiquant le chantage permanent alors qu’ils ne représentent qu’une minorité des salariés. Les grandes grèves ont toujours été organisées par la fonction publique aux mains des syndicats politisés. Ils rendent le pays ingouvernable. Ces grandes grèves sont à la base de notre situation catastrophique. Ceux qui croient pouvoir améliorer leur niveau de vie par ce moyen se trompent lourdement. Ce n’est pas avec le gouvernement que les syndicats doivent négocier mais avec les patrons et seulement lorsqu’il y a des abus de pouvoir.

Si les syndicats veulent diriger le pays, qu’ils se présentent donc aux élections.

Or les grévistes sont des fonctionnaires dans leur grande majorité. Ceux qui nous gouvernent sont eux aussi fonctionnaires. Ils sortent pratiquement tous de l’ENA. Le problème est peut-être là. Pour dire aux autres comment on doit travailler, il faut d’abord l’avoir fait soit même en engageant sous forme de prises de risques permanents sa vie familiale et ses bien personnels. C’est loin d’être le cas aujourd’hui.

Je ne peux pas m’imaginer qu’ils soient bêtes au point de ne pas savoir ce que je viens d’écrire. Soit, ils agissent au nom d’une idéologie soit par intérêt. Je n’en sais rien mais je m’interroge. Vous feriez bien d’en faire autant. Peut-être sont-ils à la solde d’un pays étranger qui serait très heureux de nous voir disparaitre.

Pour en arriver là, plusieurs solutions sont possibles :

1- Détruire l’unité du pays en détruisant le dogme spirituel qui est en place et qui permet à un pays de rester uni. Ils ont commencé il y a un siècle.

2- Détruire petit à petit l’histoire du pays de manière à la rendre incompréhensible. Sans passé, on n’est plus rien.

3- Faire baisser le niveau d’instruction des jeunes en les abêtissant afin qu’ils ne soient plus aptes à raisonner.

4- Faire entrer en masse des gens de toutes origines de manière à créer un peuple sans passé commun apte uniquement au travail au profit de quelques-uns. C’est la doctrine de Coudhenove-Kalergi.

5- Détricoter la langue de manière à nous couper encore une fois de notre passé. La langue d’un peuple est le véhicule de sa pensée. Elle s’est faite au fil des millénaires. En France, par exemple, par médias interposés, les mots d’origine britannique sont de plus en plus à la mode. L’un d’entre eux, par exemple, le mot chalenge est de plus en plus utilisé alors que le mot français défit qui veut dire la même chose est délaissé. La réforme de l’orthographe va dans le même sens.

Ce sont des exemples parmi tant d’autres que vous reconnaitrez aisément.

Pour mettre en œuvre ce travail de sape, il faut à ceux qui en sont les organisateurs, des traitres sur place qui pourront agir sans problème au nom de je ne sais quel prétexte idéologique ou financier.

Oui, la France n’est plus maitresse d’elle-même. Le bateau prend l’eau de toutes parts. Plus il y aura de brèches, plus il sera difficile de les colmater.

Seuls, les souverainistes peuvent encore faire quelque chose mais il faut retenir que la date fatidique, pour moi, est 2017, c'est-à-dire demain. Après ce sera la grande aventure.

Vous savez maintenant ce que vous devez faire.

Vive la France libre, indépendante et souveraine !

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack