LA CLAQUE. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

LA CLAQUE.

Le peuple américain vient de donner une claque retentissante et bien méritée à ces prétendues élites qui, du haut de leur situation sociale, se disent compétentes et se croient irremplaçables dans la gestion d’un système qui leur assure privilèges et profits aux dépends de ceux qui le font fonctionner par leur travail. Tous ces brasseurs de vent : économistes, bureaucrates des sociétés anonymes, membres de sociétés de conseil ou de soi-disant réservoirs de pensées, publicistes, communicants, valets médiatiques, … se sont vus signifier de prendre la porte. De se coltiner enfin : la réalité rugueuse à étreindre. Mais méfions-nous, sortis par la porte, ils vont revenir par la fenêtre avec leur mépris pour ceux qui ne votent pas comme ils le voudraient.

En France, il faut profiter de ce nouvel air du temps, des mois de répits que nous donnent la stupéfaction et le désarroi des privilégiés pour exiger l’arrêt de la mondialisation ultralibérale qui accentue les inégalités en détruisant les nations, leur appareil producteur et les remparts sociaux en place.

Avec tous les laissés pour compte de cette mondialisation, construisons un contrat social humaniste et non plus économiste.

D’abord sortir la France de l’Union Européenne, outil institutionnel d’un libéralisme sans limites.

Sur le territoire national :

- fin du démantèlement des services publics et, à l’inverse, création d’un maillage plus serré de leur implantation, en matière de circulation des informations, de transport ferroviaire et de santé.

- augmentation des bas salaires et limitation des plus hauts à un plafond décent. Fini les rémunérations à la Carlos Ghosn.

- convocation d’une constituante pour doter le pays d’institutions qui respectent la souveraineté du peuple, inaliénable et indivisible, dont personne, élu ou groupe, ne puisse se dire le représentant.

Ceci est à notre portée, mais hâtons-nous, le temps amène l’oubli. Déjà, pour distiller l’idéologie économiste, ceux qui nous ont soûlés de leurs analyses tendancieuses et de leurs prévisions véreuses se pavanent toujours sur les ondes et les écrans.

André Fontaine.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack