PERSONNE N'EST ANTI-EUROPEEN. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

PERSONNE N’EST ANTI-EUROPEEN.

Les médias sont incorrigibles. Dès que quelqu’un s’oppose à l‘Europe Fédérale, il est anti-européen. C’est vite tranché.

Pour ceux qui ne le savent pas, je vais leur rappeler les différences existantes entre une Europe Fédérale et une Europe Confédérale appelée aussi Europe des Nations.

Europe Fédérale :

Il s’agit du rassemblement des Nations Européennes qui ont abandonné leur souveraineté. Les responsables de chaque état sont des gouverneurs qui ne disposent plus des pouvoirs de chefs d’états même si actuellement ils en conservent les titres. Les ordres sont donnés par un pouvoir central. C’est le cas des Etats-Unis, de l’Allemagne et bientôt de l’Europe.

Europe Confédérale appelée aussi Europe des Nations.

Il s’agit du rassemblement des Nations européennes libres, indépendantes qui peuvent prioritairement s’associer librement sur de grands projets dans l’intérêt des Nations participantes. Elles ont entre elles des relations privilégiées. Les chefs d’états conservent une très grande majorité de leurs pouvoirs régaliens.

Tout le monde comprend bien que l’Europe Fédérale, dans le futur, a toutes les chances de se concrétiser. Les moyens de transport, de communications, les mariages mixtes, etc.., avec une priorité donnée aux nations associées, font que ces rassemblements de nations semblent inévitables à très long terme. C’est dans l’ordre des choses. Cela prendra le temps nécessaire à l’évolution des mentalités.

Cependant, la vie d’un homme, qu’il soit riche ou pauvre, est courte. S’il n’a pas la sagesse, il aura tendance à faire plier tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui pour gagner du temps.

C’est la raison principale de cet acharnement à vouloir créer une Europe Fédérale le plus vite possible. Pour cela, ils font abstraction des sentiments d’appartenance qui sont les plus longs à faire évoluer.

C’est sans doute la raison principale pour laquelle l’Europe actuelle s’est faite sans les peuples. Quand ils avaient voté non, on les faisait revoter jusqu’à ce qu’ils disent oui. Mais comme cela n’allait pas assez vite ils ont trouvé qu’il était plus simple de détruire les cultes et les cultures européennes en utilisant une immigration massive de femmes et d’hommes venant de pays qui n’ont rien à voir avec les cultes et les cultures européennes.

Pour tromper les peuples ont leur explique que, par exemple, on a reconduit 2 ou 300 sans papiers à la frontière alors que grâce au traité de Schengen on en a régularisé, par exemple 500 milles. Cela est passé le plus possible sous silence.

Oui ! Le peuple est manipulé. Plus son niveau culturel sera bas moins il sera apte à comprendre son environnement et on lui fera voter n’importe quoi.

Personne, je dis bien personne, n’est anti-européen. Il faut laisser passer beaucoup de temps pour permettre aux peuples participants de commencer à ressentir leur sensibilité européenne. Vouloir forcer le destin, c’est préparer la guerre civile dans chaque nation européenne. Si vous revenez en arrière dans notre histoire, depuis des siècles la France s’est unie mais cependant, aujourd’hui, vous avez encore des mouvements de libération Bretons, Basques, etc.. Vous voyez bien que la transition est très très longue.

Il faut commencer par créer une Europe Confédérale appelée aussi Europe des Nations et laisser le temps aux peuples de mieux se comprendre par des travaux communs, des voyages, des mariages mixtes, par l’apprentissage des langues, enfin bref, par une interpénétration des peuples européens. Cela demande énormément de temps. C’est le B-A-BA. Personnellement, je souhaiterais que cette Europe confédérale aille de l’Atlantique à l’Oural. Nos descendants décideront ce qu’ils doivent faire.

Ceux qui veulent créer une Europe Fédérale dans l’urgence sont des incultes ou des assassins en puissance, peut-être même les deux à la fois.

J’ai jugé bon d’écrire ce texte au moment des élections présidentielles car ce que je viens d’exprimer est l’enjeu véritable de cette élection. Choisir l’Europe dans laquelle on veut vivre. La gauche, la droite, etc.. n’ont plus rien à faire dans cette tourmente.

Vous aurez sans doute à choisir entre :

- Madame Marine le Pen la championne de l’Europe des Nations.

- Monsieur Emmanuel Macron le candidat de la mondialisation et de l’Europe Fédérale.

- Monsieur François Fillon qui sort d’un parti politique qui défend la même chose que Monsieur Emmanuel Macron. Il fut dans le temps très souverainiste. Je ne l’ai pas entendu actuellement sur ce sujet.

Je rappelle la manière dont le Général de Gaulle avait exprimé son souhait d’une Europe des nations :

« On peut toujours sauter sur sa chaise comme un cabri en criant plus d’Europe, plus d’Europe. Cependant, il y a les réalités : les Français sont Français, les Allemands sont Allemands, les Italiens sont Italiens ».

Depuis plusieurs décennies, il avait compris (sans faire de rappel au passé) la direction vers laquelle on voulait nous entrainer.

Choisissez bien ! Tout votre avenir en dépend !

Vouloir aller trop vite peut s’avérer mortel.

Vive la France libre, indépendante et souveraine !

Georges Martin.

 
Joomla Templates by Joomlashack