LES METHODES CAPITALISTES. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

LES METHODES CAPITALISTES.

Ainsi que je vous le disais dans un précédent article : dans le mot capitalisme il y a la notion de capital. Tout est donc basé sur l’argent. L’homme n’a pas sa place en dehors de devoir payer encore et encore.

J’ai pris un exemple qui touche tout le monde puisqu’il s’agit de la télévision.

Si vous vous abonnez pour recevoir un bouquet satellite, on vous fera miroiter un énorme nombre de chaînes qui diffuseront à tour de rôle les mêmes films. De temps en temps, vous en verrez apparaître de nouvelles, auxquelles vous n’aurez pas accès. Sur ces dernières les films récents seront diffusés de manière à vous faire envie. Au bout d’un certain temps, vous recevrez un appel téléphonique ou un courrier vous invitant à vous abonner pour une période d’essai gratuite ou moyennant finances réduites. On enregistrera votre discussion qui servira d’accord. Dans la plupart des cas les gens oublieront et l’accord provisoire deviendra permanent. Et ainsi de suite..

Vous aurez aussi remarqué que les meilleures émissions sont, dans la majorité des cas, tardives, car à partir d’une certaine heure les gens dorment. Pourquoi sont-elles meilleures ? Tout simplement parce qu’à ce moment là, les pages de publicité ont une audience réduite et que peu de monde les regarde. Si les émissions de 20 heure et plus étaient culturelles, il n’y aurait hélas que peu de téléspectateurs et la publicité rapporterait beaucoup moins. Tardivement il sera possible de diffuser un peu de culture que peu de gens regarderont en raison de l’heure. Vous verrez que la publicité est beaucoup moins présente vers minuit. De plus cela donnera bonne conscience aux responsables des chaînes.

Vous aurez aussi remarqué que la publicité intervient au milieu d’un film. Tout simplement parce que quand une page de pub intervient, les gens ont tendance à changer de chaîne. Il n’en est pas de même au milieu d’un film où les téléspectateurs ne veulent pas en rater la suite et supportent donc la publicité.

Je ne vous parlerai pas des images subliminales qui demeurent invisibles et ne sont enregistrées que par le subconscient.

L’inculture rapporte beaucoup d’argent.

La culture ne fait pas partie des priorités car un homme cultivé n’est pas facilement malléable en démocratie.

Ne vous faites pas d’illusion, tout cet argent publicitaire est ponctionné sur la masse monétaire annuelle de l’Etat au détriment de notre pouvoir d’achat. Ce travail est un travail inutile beaucoup trop rémunéré.

La télévision devrait au contraire être culturelle mais aussi divertissante à la condition que la qualité domine. Quand vous regardez une émission vous vous rendez compte que le décorum s’est grandement amélioré alors que la qualité s’est fortement dégradée. Seule l’esthétique compte car elle attire le regard.

La plupart des émissions débiles qui dominent en début de soirée sont programmées au moment ou l’audimat explose car beaucoup de gens les regardent. La longueur des pages de publicité s’impose mais devient très agaçante. Ces gens qui sont attirés par toujours plus d’argent prennent leurs compatriotes pour des imbéciles et des primaires. Ce sont eux ensuite qui viendront se plaindre et s’étonner de la situation de la France actuelle alors qu’ils auront grandement participé à l’abêtissement du peuple.

Le monde dans lequel nous vivons est celui où le peuple est abêti par la désinformation, orchestré par des fous qui ne se rendent plus compte que la cocotte minute peut exploser d’un moment à l’autre.

L’argent, je le répète n’est rien d’autre qu’un moyen d’échange (voir sur le site du MPFID le texte intitulé : « Qu’est-ce que l’argent. »). Il ne représente que cela. Il ne fut inventé que pour rendre équitable les échanges. De nos jours, des masses énormes de monnaies virtuelles changent de propriétaire en quelques minutes permettant à ceux qui les manipulent de s’enrichir sans le moindre effort. Ils font de l’argent avec de l’argent sans rien donner en contrepartie. Ils ont à leur solde ceux qui s’appellent les traiders. Gérome Kiriel en était un à la solde de son patron banquier. Il ponctionnait des sommes considérables en jouant sur la parité des monnaies et sur la confiance des boursiers vis à vis des entreprises où ils possèdent des capitaux. Il est évident que la somme de toutes ces ponctions laisse peu d’argent pour ceux qui produisent. En clair, ils volent ceux qui produisent les richesses vitales.

Que dire des fonds de pension anglo-saxons ? Ils s’abattent sur les grosses entreprises qui peuvent leur permettre d’obtenir une forte rémunération. Les patrons qui ne veulent pas voir partir l’argent placé chez eux préfèrent rémunérer ceux là au détriment des salariés de l’entreprise qui végèteront au niveau du SMIC.

L’argent n’est pas un jeu. Il est la reconnaissance d’un travail intellectuel ou physique, fruit d’une compétence souvent très mal rémunérée pour ceux qui produisent les richesses vitales. La prise de risques est nécessaire pour évoluer. Elle doit être générale y compris pour les financiers.

L’exemple des chaînes de télévision n’est pas unique. Il suffit de décortiquer le mode de fonctionnement de notre société pour bien comprendre quels dictats nous sont imposés.

Le MPFID a été créé pour vous aider à comprendre. Vous ne serez pas forcément d’accord. Vous pourrez vérifier par vous-même en prenant votre temps pour réfléchir et en posant des questions.

Actuellement, c’est la finance qui gouverne tout. C’est inadmissible. Ils ne savent peut-être même pas faire cuire un œuf sur le plat et ils prétendent dire à ceux qui travaillent, comment il faut faire pour gagner de l’argent.

Ils n’ont de la vie qu’une vision financière. L’homme doit y être soumis.

Ils n’y arriveront pas car les hommes de tous temps ont refusé l’esclavage. Quand le peuple se rendra compte du chemin sur lequel il a été placé, il se révoltera.

Je vous rappelle, encore une fois, la petite prophétie que j’avais écrite lorsque j’étais responsable pour la Seine-et-Marne du club de réflexion de Charles Pasqua et Philippe Séguin.

« De la même manière que le communisme s’est effondré pour ne pas avoir réussi sa mondialisation, le capitalisme s’effondrera pour avoir réussi la sienne et il entrainera dans sa chute tous les pays qui s’y seront soumis corps et âme. ».

Réfléchissez-y !

Vive la France libre, indépendante et souveraine.

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack