N'Y A-t-IL PLUS DE DELEGUES LOCAUX? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

N’Y A-T-IL PLUS DE DELEGUES LOCAUX ?

Tout d’abord, je dois rendre hommage à nos compatriotes qui sont décédés dans des circonstances particulièrement horribles et je présente à leurs familles, et à leurs amis, les plus sincères condoléances de la part du MPFID.

Cependant, un homme politique de haut niveau doit toujours prendre de la hauteur par rapport aux évènements, quels qu’ils soient.

Je ne comprends pas pourquoi le Président de la République et le Premier Ministre se rendent sur les lieux d’un drame aussi grave soit-il. A cause du nombre des victimes ? Peut-être ! Cependant, est-ce le nombre qui doit en décider ? Il faudrait nous dire à partir de combien de victimes ils doivent intervenir directement. Dans le cas contraire, pourquoi ne se déplaceraient-ils pas pour chaque accident mortel ?

Je crains qu’à partir d’un certain nombre de morts la médiatisation d’un accident soit un excellent tremplin pour redorer des blasons ternis. Oui, je le crains. Pour moi, un Président de la République et un Premier Ministre n’ont pas à intervenir sur des accidents aussi horribles et cruels soient-ils. Ils sont représentés sur le terrain par les préfets qui doivent leur faire des rapports, lesquels serviront ensuite à améliorer la sécurité des usagers des routes et autres. C’est à ce niveau qu’ils doivent intervenir efficacement. Leurs déplacements font du bien aux familles mais sont rarement suivis d’effets.

Il faut dire aussi qu’ils n’ont plus grand-chose à faire, puisqu’ils ont presque tout transféré entre les mains des technocrates de Bruxelles. Ce faisant, ils donnent l’impression de travailler en attendant que leur parviennent les ordres européens.

A mon sens, le seul cas où ils doivent éventuellement se déplacer est lorsque la Patrie est en danger. C’est leur rôle. Mais y-a-t-il encore une patrie dans nos milieux politiques ? C’est la question !

On remarque que nos dirigeants ne se déplacent que pour les évènements très médiatisés : les libérations d’otages, les accidents d’avions, de poids lourds, etc... Je voudrais qu’on m’explique à quoi servent les préfets. Normalement, ils représentent le pouvoir dans le département. C’est à eux qu’il incombe de les représenter sur les théâtres d’accidents. Remarquons qu’aucune loi n’interdit à Monsieur le Président de la République ou à Monsieur le Premier Ministre de se déplacer. Je répète qu’un homme politique de haut niveau doit prendre de la hauteur. Son rôle est d’agir en conséquence de manière à mettre en œuvre des systèmes préventifs efficaces. En intervenant sur les scènes d’accidents, il décrédibilise sa fonction.

A défaut de comprendre ce qu’il se passe sur le terrain, ils s’entourent de fonctionnaires qui sortent pratiquement tous de l’ENA, qui n’ont dans leur grande majorité jamais fabriqué quoi que ce soit, et qui se permettent de dire aux PME ce qu’elles doivent faire pour gagner de l’argent. La sagesse leur imposerait de s’entourer de sapiteurs sortant des PME. Ils éviteraient ainsi de faire les énormes bêtises du début du quinquénat actuel qui ont ruiné les petites et moyennes entreprises pour de longues années. Je précise que si par chance, une PME gagne de l’argent, l’état lui en prendra un maximum l’empêchant ainsi de se développer et de venir concurrencer les grands groupes avec un capital bancaire.

Ce que j’écris, je ne le fait pas de gaité de cœur. Je constate simplement les tares mortelles de notre administration.

Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, de grâce, occupez-vous de mettre en place des règles du jeu qui permettront aux Français de travailler librement, sans contraintes inutiles. De grâce ! Ne demandez pas conseil à un fonctionnaire même bardé de diplômes.

Je rappelle pour ceux qui ne le savent pas que les fonctionnaires sont formés pour être au service de l’état et du peuple. Je constate malheureusement que c’est le peuple qui est maintenant au service des fonctionnaires. Pour donner des ordres à quelqu’un il faut déjà être capable de faire le travail qu’on lui demande. Ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui.

La France ne pourra se redresser que le jour où elle aura compris cette évidence en élisant une présidente ou un président qui sortira du privé et qui aura l’expérience du terrain. Il lui faudra alors réformer complètement les règles du jeu, sans état d’âme, mais avec détermination, en remettant tout à plat, en se basant sur notre passé et en nous adaptant à notre environnement.

(Relire sur ce site mes textes sur la réforme de la Nation Française et sur l’Argent.)

Ne votez plus pour un énarque !

Ne votez plus pour un homme politique ayant déjà participé au déclin de notre nation.

Votez pour une ou un souverainiste !

« On peut-être grand, même sans beaucoup de moyens, il suffit d’être à la hauteur de l’histoire. »

Charles de Gaulle.

Alors, soyons à la hauteur de notre histoire !

C’est notre seule planche de salut.

Vive la France libre, indépendante et souveraine !

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack