LA PUANTEUR. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

LA PUANTEUR.

A l’approche des élections régionales et des présidentielles, réapparaissent en surface, de plus en plus souvent, des attaques nauséabondes qui asphyxient notre système politique. Ces attaques sont orchestrées contre ceux qui ont le plus de chance d’être élus et de faire de l’ombre à ceux qui ont failli.

Actuellement, les attaques les plus fortes ont lieu contre le Front National car il est en passe de remporter peut-être 4 ou 5 régions importantes et peut-être même les présidentielles.

Pour bien comprendre, il faut savoir que l’UMPS défend les intérêts de la très haute finance internationale. Nos responsables politiques sont à leurs ordres. Comme ils savent que la route qu’ils nous font emprunter nous mènera à la catastrophe sans avoir le courage de s’y opposer, il ne leur reste que le mensonge et la médisance pour s’imposer en attirant à eux le plus possible de voix par tous les moyens.

Mes chers compatriotes, nous n’avons rien à attendre de ces gens là. Ils font carrière. Seuls le pouvoir et les rémunérations qui l’accompagnent les intéressent. Ils sont prêts à tout pour les conserver. Pour eux, la France, notre chère Patrie ainsi que le peuple de France sont secondaires.

La confrontation politique ne doit porter que sur des projets prouvés à l’aide d’arguments incontestables, en lieu et place des affirmations assénées sur les plateaux de télévision au milieu d’une cacophonie incompréhensible, insupportable et orchestrée.

Oui ! Nos hommes politiques nous prennent pour des imbéciles. Ils s’imaginent que nous ne sommes pas capables de réfléchir. Ils se rendront compte bientôt de leur erreur. Un jour ou l’autre, il est évident qu’à la suite de tels comportements, ils se retrouveront en face du peuple qui leur demandera des comptes. Pour eux, à ce moment là, il sera trop tard. Pour nous, ce sera une résurrection.

Je l’affirme, lorsqu’on perd des élections, c’est parce qu’on a été mauvais. Un véritable démocrate devrait se remettre en question et longuement réfléchir sur ses erreurs. Je n’ai pas l’impression que depuis quarante ans l’UMPS ait suivi cette voie. Il eut pourtant été bien inspiré de le faire.

Je vous recommande d’écouter jusqu’au bout une interview de Philippe de Villiers sur la sortie de son livre : « Le moment est venu de vous dire ce que j’ai vu ». Cet homme, grand serviteur de l’état, retiré de la politique ne peut donc pas être suspecté de mentir. Il n’y a aucun intérêt. Il vous suffit de ciquer sur l’adresse suivante.

http://www.tvlibertes.com/zoom-entretien-choc-avec-philippe-de-villiers/

La vidéo dure 57 minutes. Elle répondra à toutes vos questions. Incontournable.

Oui, ces élections risquent, mes chers compatriotes de sentir très mauvais à tel point qu’il serait peut-être bon de sortir les masques à gaz.

Vous aurez sans doute remarqué qu’avant chaque élection des accusations graves sont portées contre des hommes politiques. Ils sont mis hors de combat pour la période électorale. Plus tard, le procès dans 95% des cas se solde par un non lieu. L’élection a donc été truquée par la médisance. C’est sans doute ce que l’UMPS appelle la démocratie.

Je le répète :

1- Ne votez plus pour un fonctionnaire qui ne se serait pas engagé sous forme de prises de risques dans la vie de tous les jours en engageant sa vie familiale et ses biens personnels.

2- Ne votez plus pour ceux qui ont déjà participé à un pouvoir défaillant.

3- Votez pour les candidats qui aiment la France.

Pour le cas où aucun candidat ne vous conviendrait alors votez blanc, mais votez.

Vous le verrez, le pays, dans le pire des cas, ne s’en portera pas plus mal. Il s’en portera même beaucoup mieux. Vous ne risquez rien.

Lorsque j’entends Monsieur le Premier Ministre Manuel Vals dire qu’il faudra empêcher par tous les moyens le Front National de gagner, je me dis que cette démocratie là est extrêmement dangereuse car ce discours peut être assimilé à celui d’un dictateur. Monsieur le Premier Ministre, je l’espère, sous le coup de l’émotion a sans doute parlé en dépassant sa pensée. C’est grave !

Je rappelle que dans toute démocratie, en théorie, c’est le peuple qui choisit ses femmes et ses hommes politiques. Or, les débats sont maintenant truqués. C’est une des raisons de la désaffection du peuple vis-à-vis de notre « intelligentsia politique ».

Mes chers compatriotes, réfléchissez bien avant de voter. Il y va de votre vie, de celle de vos enfants et de vos petits enfants.

Les odeurs fétides et nauséabondes de la politique françaises doivent être bloquées par un renouvellement complet des classes dirigeantes.

Vive la France libre, indépendante et souveraine.

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack