LES PITOYABLES PRIMAIRES. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

LES PITOYABLES PRIMAIRES.

Que ce soit en France ou aux Etats Unis, nous assistons à des combats verbaux qui sont loin de faire honneur à l’espèce humaine. Ils démontrent bien l’état de délabrement de l’Occident.

L’être humain est avant tout avide de pouvoir et de puissance. Il lui faut dominer les autres. Lorsqu’il a enfin atteint le but recherché, il ne veut plus lâcher prise, même si son entêtement le conduit à être responsable du malheur des autres.

Ceci est pour le caractère.

Depuis la nuit des temps, les tendances fâcheuses de l’homme furent combattues par la spiritualité. C’est la seule chose qui permette à une nation de rester debout, à la condition qu’elle n’écrase pas le pouvoir temporel. Ces deux pouvoirs doivent être de forces équivalentes.

Vous aurez remarqué comme moi, qu’en général nos hommes politiques sont tous riches. Evidemment, ils veulent le rester et si possible agrandir leur patrimoine. Cela, ils évitent d’en parler mais agissent dans l’ombre.

Tous les coups sont permis et de préférence les plus bas.

Dans leur combat pour le pouvoir, ils ne parlent même plus de la France. Ils osent nous embrouiller avec des pourcentages trafiqués qui ne veulent rien dire. Ils nous prennent pour des imbéciles.

Ils ne parlent plus de notre France pour la simple raison que s’ils sont élus, ils ne seront que les gouverneurs de l’état France et ne pourront rien faire. Les directives viennent d’ailleurs.

Avec cette constatation, par exemple, il faut remarquer que la plus grande partie de la masse monétaire mondiale se trouve entre les mains des banques qui en disposent selon leur volonté que ce soit des dépôts ou des fonds propres. Pourtant, il s’agit d’argent gagné par les PME. Ce sont elles qui crèvent aujourd’hui.

Les hommes sont divisés en deux catégories :

1- Ceux qui exercent un métier vital indispensable à la survie des êtres humains (nourriture, habitat, produits manufacturés indispensables à la vie). Remarquez qu’il est possible de classer un certain nombre de métiers dans cette catégorie mais qui s’ils n’existaient pas n’empêcheraient nullement les hommes d’exister.

2- Celle qui consiste à exercer des métiers que j’appellerais de confort et qui ne servent qu’à améliorer les qualités de la vie. Il n’en est pas de même de la nourriture.

Vous aurez remarqué comme moi la disparité qui existe entre les deux catégories sur le plan financier. La première étant la plus mal payée, bien qu’indispensable à la vie et la seconde la mieux payée bien qu’aléatoire et souvent inutile.

Certains produits sont dits à risque car, par exemple, pour les denrées périssables au moment où ces dernières doivent être consommées leurs producteurs sont soumis à un infâme chantage par les réseaux de distribution qui ne leur laissent pratiquement rien en raison de ce sacro-saint appel à la concurrence.

Les producteurs pour survivre doivent trouver des économies pour rester concurrentiels et diminuent de plus en plus la qualité de leurs produits avec tous les risques économiques et pour la santé qui en découlent. Pris par le temps imposé par la décomposition des aliments, ils sont obligés de vendre à n’importe quel prix pour ne pas tout perdre. C’est une lutte contre la montre. S’il y a un secteur économique où l’inégalité est flagrante c’est bien dans ce domaine. Les risques pour celui qui produit et les bénéfices pour celui qui revend sans risque.

C’est pour cela que le kilog de porc est acheté 1,20 euros et revendu dans les grandes surfaces entre 10 et 14 euros le kilog.

Vous me direz que cela n’a pas grand-chose à faire avec le sujet. Mais cependant, ce problème que j’ai évoqué en exemple est vital. Personne n’en a parlé.

J’en conclue que les élections primaires de la droite classique ne comprennent pas de postulants d’un niveau supérieur et que le peuple de France doit absolument voter pour quelqu’un d’autre. C’est indispensable. J’en dirai de même des partis de gauches qui sont en pleine déroute.

Faisons un peu de politique fiction. Si nous éliminions de la compétition tous ceux qui ont échoué, il ne resterait plus grand monde parmi ceux qui ont déjà exercé le pouvoir. Il faut procéder par élimination et voter pour ceux qui restent. Pour cela, il faut choisir le parti qui veut que nous retrouvions notre droit à disposer de nous-mêmes. C’est la voie de la résurrection. Tant que cela ne sera pas fait, il n’y aura pas le moindre espoir, quoi qu’on en dise.

Oui, les primaires ne servent qu’à embrouiller les électeurs et surtout à faire oublier le passé des candidats.

Ne vous laissez plus abuser !

Vive la France libre, indépendante et souveraine !

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack