POURQUOI FAUT-IL VOTER MARINE LE PEN DES LE PREMIER TOUR? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
Écrit par Georges Martin   

POURQUOI FAUT-IL VOTER MARINE LE PEN DES LE 1ER TOUR ?

Quel patriote, en pensant à cette élection, ne s’est jamais posé cette question ?

Depuis quarante longues années, les socialistes, l’UMP et les centristes ont montré leur incapacité à redonner à la France les moyens d’être elle-même et de tenir une place primordiale dans le concert des nations. Ils ont défendu une sorte d’idéologie permanente, pour certains, dont les résultats deviennent de plus en plus visibles et une volonté de pouvoir dont ils n’ont su que faire pour d’autres.

Rien que pour cela, ils se sont largement discrédités. D’autres l’ont dit avant moi : « On n’appelle pas, je le répète, le pyromane qui a allumé l’incendie, pour l’éteindre ».

J’espère, quant à moi, que tous les patriotes, les souverainistes et les indépendantistes, quels qu’ils soient, s’uniront dans le but de former un bloc dans une sorte de comité de salut public qui soutiendra Marine le Pen dans le but qu’elle obtienne la victoire qui sera celle de la France et de tous les français.

Oui, mes chers compatriotes, les objectifs de Marine le Pen sont si éloignés de ceux de ses concurrents qu’il est très facile de les comparer.

D’un coté, on nous propose de vivre avec des règles du jeu qui nous ont mené à l’échec et continuent d’échouer. On place des cautères sur des jambes de bois dans l’espoir de survivre et de durer. Les effets en seront nuls et désastreux. On veut nous faire croire que malgré tous les échecs de l’Europe, il faut plus d’Europe encore et que c’est justement parce qu’elle n’a pas été réalisée à 100% que cela va mal. C’est la persévérance dans la bêtise et l’ignorance. Ils ont tout simplement oublié ou fait abstraction, volontairement, dans leurs réflexions, si réflexions il y eut, de l’importance primordiale du sentiment d’appartenance. J’espère qu’il ne s’agit que d’incompétence.

De l’autre, on nous propose la fierté d’être français, de redevenir maîtres de notre destin, de ne plus subir les assauts et chantages permanents de la grande finance internationale et de redevenir ce que nous étions, de nous battre pour que les peuples du monde retrouvent leur droit à disposer d’eux-mêmes au sein de la communauté qu’ils auront librement choisie. Les nouvelles règles du jeu devront être établies en tenant compte de notre passé, de ce que nous sommes et de notre environnement actuel.

Ensuite, pour éviter qu’au deuxième tour ne se crée un vote dit, à tort, républicain, stérile, dévastateur et anti-démocratique.

Et enfin pour que la France se débarrasse définitivement de l’idéologie marxiste qui nous a fait et nous fait encore tant de mal. Cette dernière est en train de refaire surface à travers Monsieur Mélanchon qui a dissimulé les drapeaux rouges le temps d’une élection.

Faisons maintenant un tout petit peu d’histoire !

- Lorsque, au début de la seconde guerre mondiale, le pacte germano-soviétique fut signé entre Ribbentrop et Molotov, et que l’Allemagne nazie et l’Union Soviétique furent ainsi alliées, on assista, en France, à des actions contre l’armée française organisées par le parti communiste. Les Allemands étant, par ce pacte, les alliés des soviétiques, étaient donc, pour eux, devenus des amis jusqu’à la mise en œuvre de l’opération Barbarossa dont le but, pour les Allemands, était d’envahir l’Union Soviétique. C’est à ce moment là, seulement, que les communistes prirent le maquis.

- La guerre d’Indochine fut déclenchée sous l’impulsion du parti communiste soviétique et du parti communiste français par un gouvernement socialiste. Je rappelle que beaucoup de matériel militaire fut à cette époque saboté dans nos usines d’armement.

- La guerre d’Algérie fut déclenchée, de la même manière, sous l’impulsion du parti communiste soviétique et du parti communiste français, à l’instigation, encore, d’un gouvernement socialiste.

- Le débarquement de Suez en Egypte suivit une logique similaire.

On remarque que toutes nos guerres coloniales ont eu pour origine une volonté marxiste.

La guerre d’Algérie fit 35000 morts dans les rangs de l’armée française et environ 350000 parmi les autochtones. L’armée d’Algérie était composée de soldats de métier et d’appelés du contingent alors que l’armée d’Indochine était composée uniquement de militaires volontaires et de carrière. Si un membre proche de votre famille est mort là-bas, dans une guerre coloniale, vous savez maintenant à qui vous le devez.

Je rappelle aussi que le communisme est responsable de la mort de 120 millions d’individus partout où il est passé.

Ce qui m’étonne le plus, c’est que personne ne les diabolise lorsqu’ils sont au gouvernement. C’est sans doute parce que leur influence sur les esprits est encore très forte, à moins que le peuple ne réfléchisse pas suffisamment et ait la mémoire courte.

Actuellement, cette pensée de façade, qui consiste à aimer tout le monde, au nom de je ne sais quel angélisme, au détriment de nous-mêmes, est ce qui reste de la désinformation permanente qui fut inculquée aux français depuis un siècle. La réussite de ce bourrage de crâne restera un modèle du genre, mais combien de dégâts ne fit-elle pas et ne fait-elle pas encore ? On ne se débarrasse pas facilement d’une mentalité établie.

Coluche disait, je le cite de mémoire :

Si je dis l’Algérie aux algériens, tout le monde dit bravo.

Si je dis la Tunisie aux tunisiens, tout le monde dit bravo.

Si je dis le Maroc aux marocains, tout le monde dit bravo.

Si je dis l’Afrique aux africains, tout le monde dit bravo.

Mais si je dis la France aux français, on me traite de raciste. »

Où s’arrêtera donc la connerie ? Si tu la laisses faire, me disait un ami, tu verras, tu ne seras jamais déçu.

De mémoire, un des proches du Général de Gaulle, entrant dans son bureau lui dit : « Mon général, il faudrait tuer tous les cons ! » « Vaste programme » lui répondit de Gaulle !

Le marxisme a donc pris possession de notre subconscient et semble s’y accrocher.

Marine le Pen aura, de ce coté là, beaucoup de travail à accomplir. Elle devra mettre en œuvre des réformes profondes et originales basées sur la paix sociale et la justice, en réformant notre nation sur des bases qui tiendront compte de notre passé, de ce que nous sommes et de notre environnement actuel. Pendant la période de redressement, les classes les plus défavorisées ne devront pas avoir à supporter de difficultés supplémentaires et leur pouvoir d’achat devra être si possible nettement amélioré. Les moyens existent. Seule manque la volonté. Si cela n’était pas fait, nous aurions alors, en remplacement du pouvoir d’achat, le pouvoir d’Aïcha.

Je l’ai déjà dit et écrit, la France, avant d’être une nation, est une civilisation. Son nombre d’habitants n’a d’importance que pour le renouvellement de sa jeunesse, de ses générations et la continuité de sa culture. Elle possède une vision du monde que n’ont pas les autres nations. La grandeur d’un peuple ne dépend maintenant que de sa culture, de son dynamisme, ainsi que de son histoire, surement plus du nombre de ses habitants. Les intelligences d’un million de demeurés additionnées, ne seront jamais égales à l’intelligence d’un seul Albert Einstein ou autre. Je le cite parce qu’il est connu de tout le monde. D’où l’importance, pour chacune et chacun d’entre nous, de se cultiver au maximum de ses possibilités, afin de mieux comprendre notre environnement et de ne plus voter n’importe comment.

Je répète, à nouveau, ce que j’ai déjà dit et écrit il y a longtemps : « De la même manière que le communisme s’est effondré pour ne pas avoir réussi sa mondialisation, le capitalisme s’effondrera pour avoir réussi la sienne et il entraînera dans sa chute tous les pays qui s’y seront soumis corps et âme. »

Avant, c’était une prédiction. Maintenant, c’est en train de devenir réalité.

Les empires, quels qu’ils soient, ont toujours et seront toujours voués aux échecs.

Qu’on se le dise !

« On peut être grand, même sans beaucoup de moyens, il suffit d’être à la hauteur de l’histoire. »

Charles de Gaulle.

Sommes-nous à la hauteur de notre histoire ? Assurément, non ! Nous en sommes loin.

Changeons nos objectifs et tout ira bien !

Votez Marine le Pen dès le premier tour afin d’éviter la création d’un front républicain dévastateur et anti-démocratique ! C’est un bon conseil ! Il n’y a pas d’autre alternative pour nous en sortir.

Vive L’Europe des Nations !

Vive la France libre, indépendante et souveraine !

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Joomla Templates by Joomlashack