LE REGIME PRESIDENTIEL.
Écrit par Georges Martin   

LE REGIME PRESIDENTIEL.

Le régime présidentiel ne m’a jamais gêné, bien au contraire. Mon expérience personnelle m’a appris que dans tout groupe, il fallait toujours une locomotive. En ce moment, cette dernière se nomme Emmanuel Macron. J’ai pourtant de nombreuses inquiétudes à son sujet, non dans la forme mais dans le fond.

La Cinquième République fut celle qui a le mieux fonctionné car elle fut conçue comme une monarchie avec un roi élu tous les sept ans. De l’aveu même du Général de Gaulle, il avait réduit le Parlement à pas grand chose. C’est la raison pour laquelle il avait dissocié les élections présidentielles des élections parlementaires. Le Monarque d’un coté et la gouvernance de l’autre.

Les carriéristes, les opportunistes de tous poils se sont empressés dès que les circonstances l’ont permis de détricoter notre constitution en réduisant la durée du mandat présidentiel à cinq ans et en faisant suivre immédiatement ces dernières par des législatives qui sont en fait une deuxième mais mini élection présidentielle. On ne vote plus pour être représentés, mais pour le Président de la République. On élit alors la clacque.

Quelles sont mes inquiétudes ?

1- Il ne pourra pas réussir à cause de la monnaie unique. Cet homme intelligent ne peut pas ne pas connaitre les inconvénients de celle-ci. Il sait que nous ne pourrons nous maintenir dans les 3%, imposés par le traité de Maastricht, que grâce à l’emprunt. Nous nous endetterons toujours plus. Que serons nous obligés de vendre encore à terme ? Notre force de frappe nucléaire ?

2- Son attachement à l’Europe Fédérale qui est une vision financière mondialiste, m’incite à croire que son attachement international à l’argent est presque viscéral.

3- Son appartenance aux Joungs Laeders américains m’incite aussi à croire qu’il est beaucoup plus atlantiste que Français.

4- Son silence devant l’accusation de la cours des comptes concernant un dépassement de 8 milliards, alors qu’il devait être au courant de la situation financière de la France tout simplement grâce à ses fonctions dans le gouvernement de Manuel Vals sous la Présidence de Monsieur Hollande.

5- Je suis aussi inquiet en raison de sa campagne électorale qui est restée dans un flou gigantesque. Les Français ont voté pour lui sur sa présentation. Il est vrai que sur la façade, il n’y a rien à dire. Je pense même personnellement que la France, sur ce plan là, en avait bien besoin.

6- Il aura du mal à améliorer la vie des délaissés de l’économie car je ne crois pas qu’il connaisse vraiment les souffrances, les angoisses, les peurs des lendemains, etc… Il va forcément augmenter le nombre des malheureux, même s’il veut sincèrement y remédier, tout simplement parce qu’il ne connait pas cette catégorie de femmes et d’hommes qui crèvent mais qui pourtant fabriquent les richesses vitales de notre pays (nourriture, agriculture, élevage, industrie, habitations, etc..), dont tout le monde profite mais dont l’accès complet se réduit de plus en plus pour eux.

7- Chaque fois que la France était sur le point de disparaitre, ce ne sont pas ceux qui étaient en poste ou privilégiés qui redressèrent la France, ce sont des gens sortis du rang qui connaissaient parfaitement le milieu dans lequel ils vivaient, qui aimaient leur pays au point de tout sacrifier pour lui. Ils n’attendirent pas les ordres, ils prirent la direction des opérations jusqu’à la victoire.

8- Enfin, le Rassemblement de tous ces gens venant d’horizons politiques différents, me parait extrêmement fragile. Il viendra un moment où les clivages se reformeront et où En Marche connaitra des remous destructeurs. Cela se produira avec les premières déconvenues.

Pour bien comprendre ce que j’essaye d’expliquer depuis des années, il est nécessaire de relire l’histoire de France. Et ensuite celle de l’antiquité. Je vous recommande pour commencer : la petite histoire et l’histoire de France de Jacques Bainville.

L’histoire du monde fut toujours celle d’un homme, qu’on le nomme Roi ou Président. La Démocratie à l’inconvénient de développer le nombre de discussions à travers des commissions dont il ne sort pas grand-chose. La France ne s’est pas faite sous la République mais sous la royauté. Le Général de Gaulle l’avait bien compris. C’est la raison pour laquelle il créa la Constitution de la 5ème République à l’image d’une royauté avec un Roi élu tous les 7 ans. C’est ce qui fait hurler Monsieur Jean-Luc Mélanchon. Il veut créer une 6èmeRépublique dans laquelle n’importe qui pourra renverser les élus. Dans ce cas là, je me demande qui commanderait ? L’anarchie peut-être ?

Cette fameuse 5ème République fut celle qui fonctionna le mieux. Elle commença à se détériorer avec ses détricotages successifs. Ce sont les hommes qui succédèrent au Général de Gaulle qui n’étaient pas à la hauteur de la Constitution de la 5ème République, qui préférèrent la ramener à leur niveau. C’était plus commode. Plutôt que de s’élever, il est plus façile de rabaisser l’environnement.

Oui, le régime présidentiel peut permettre de grandes choses, à la condition que le président élu mette son intelligence au service du peuple et de la Nation. Pour cela, il faudra trouver un mode de sélection qui permette de choisir des candidats au top niveau. Je ne crois pas que ce soit avec 500 signatures de Maires que le tri puisse être parfait. Ce système élimine d’office tous les désargentés en avantageant tous les pognonistes. Quand on est comme ça, on ne travaille pas au service des autres.

Qu’on se le dise !

Vive la France libre, indépendante et souveraine.

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."