PEUT-IL Y AVOIR UNE POLITIQUE SANS LE MENSONGE.
Écrit par Georges Martin   

PEUT-IL Y AVOIR UNE POLITIQUE SANS LE MENSONGE ?

Dans l’histoire du monde, les dirigeants des différents pays ou des civilisations ont toujours rusé pour parvenir à leurs fins. Certains étaient mieux lotis que d’autres. Les différences qui existaient entre eux pouvaient être les suivantes :

1- La taille de leur territoire.

2- Les richesses naturelles de leurs sous-sols.

3- Le climat sous lequel ils vivaient.

4- Les risques naturels. (Tremblement de terre, cyclones dévastateurs, etc..)

5- Leurs religions.

6- Leur niveau culturel.

7- Leur dynamisme.

L’étude des tendances des peuples en fonction de leur environnement s’appelle la géopolitique. Ce terme est employé n’importe comment à la place du mot politique. Cela fait bien ! Il s’agit d’une science inexacte puisqu’elle ne peut en aucun cas prédire l’avenir. Elle peut simplement déterminer la nature des reflexes naturels vers lesquels peuvent tendre les peuples.

Par exemple, un pays encastré au milieu d’autres pays se sentira prisonnier. Il étouffera et aura l’envie naturelle de repousser les murs. Le même pays, de même forme et même surface, entouré par la mer, se sentira libre. Il n’aura aucune envie de repousser quoi que ce soit.

Il suffit pour comprendre de constater les différences de mentalités qui existent entre des iliens et des continentaux.

Les chefs d’états qui sont les plus défavorisés cherchent toujours à compenser leurs faiblesses pour améliorer dans la mesure du possible les niveaux de vie des peuples dont ils ont la charge. Je parle naturellement des vrais chefs, ceux qui viennent au pouvoir parce qu’ils ont quelque chose à dire et à faire et qui refusent à leurs peuples d’être les vassaux de qui que ce soit.

Ils doivent ruser, donc mentir, pour obtenir ce qui leur manque. Ils promettent. Ils ne peuvent pas contrer directement les autres peuples qui mentent aussi. Ils doivent lire entre les lignes.

Seulement, s’obstiner à utiliser la désinformation est très dangereux car le chef qui utilise cette arme sans retenue, finit par se discréditer et sa parole n’a plus aucune valeur.

Plus le chef sera d’origine modeste, plus il manquera de retenue lorsqu’il aura pris de la puissance. Les exemples ne manquent pas : Napoléon, Hitler, Lénine, Staline, Daesh, etc.. bien que pouvant être difficilement comparés ont cherché à se créer un empire, persuadés qu’ils étaient d’une intelligence exceptionnelle et infaillibles. Cela s’est toujours traduit par des catastrophes dont les peuples furent leurs premières victimes.

Seuls, dans notre histoire, les rois de France, formés depuis l’enfance à leurs futures fonctions ont toujours eu de la retenue dans tous les conflits qu’ils ont du gérer. Ils n’étaient pas corruptibles car ils disposaient de suffisamment de richesses pour ne pas pouvoir être achetés. Ce n’est pas forcément le cas d’un élu.

Dans ce cadre, je voudrais maintenant qu’on s’attarde sur le cas de Monsieur Fillon. Ne croyez-vous pas que ce dernier fut la victime d’un mensonge destiné à le faire chuter ? Attendons la suite ! J’ai cependant l’impression que cette histoire se terminera par un non lieu. Dans le cas contraire, c’est la situation de tous les anciens parlementaires qui serait à examiner. Je n’aurais pas voté pour lui car il est fédéraliste. Cependant, pour qu’une élection soit démocratique, il faut impérativement interdire toute accusation, qu’elle soit réelle ou mensongère, pendant les campagnes électorales. Cela peut être fait bien avant. Il faut arrêter d’utiliser de telles armes qui faussent les résultats d’une élection.

Monsieur Mélenchon nous parle d’une sixième République. C’est bien la preuve qu’on ne l’a pas encore trouvée, cette fameuse République idéale.

Pour prétendre diriger une nation, des conditions sont nécessaires :

1- Il faut aimer son peuple.

2- Il faut une culture la plus grande possible.

3- Il faut être animé par une foi, vis-à-vis de son peuple, surdimensionnée, sans rien attendre en retour. C’est presque un sacerdoce.

En fonction de tout cela, le chef d’état utilisera toutes les armes possibles pour obtenir ce qu’il ne possède pas, mais qui bien souvent est vital pour son peuple. Pratiquer ainsi est impardonnable lorsqu’on dispose de tout sur son territoire. Peu de nations sont dans ce cas.

Rappelez-vous les mensonges débités par les américains pour attaquer l’Irak et tuer Saddam Hussein. Ils le firent sans l’accord de l’ONU. Saddam Hussein fut accusé de posséder des armes de destruction massive puis jugé en Irak pour crimes contre l’humanité et non au tribunal pénal international tout simplement parce que le TPI n’appliquait pas la peine de mort. On connait maintenant le résultat.

Rappelez-vous le gros mensonge de l’exclusion aérienne en Libye. Il s’agissait d’empêcher les avions du président Khadafi de décoller. Nicolas Sarkozy attaqua les armées libyennes au sol, en contradiction avec le mandat qu’il reçut de l’ONU et causa la perte de Muhamar Khadafi qu’il avait pourtant reçu en grandes pompes le 14 juillet sur les Champs Elysées. On connait maintenant le résultat.

Etc..

Oui, pour comprendre la politique, il faut savoir lire entre les lignes. Pour cela, il faut un minimum de culture et d’expérience

Le mensonge est permanent. Il se présente sous deux formes :

La première par omission.

En exemple, Emmanuel Macron n’a jamais dit comment il avait pu en si peu de temps créer un parti politique aussi important. Il a bien fallu le financer. D’où est venu l’argent ? Une campagne présidentielle coûte une fortune.

La deuxième par une déformation totale ou partielle de la vérité.

Par exemple, récemment, quand on vous dit à la télévision que c’est la première fois depuis la 2ème guerre mondiale que l’extrême droite entre au parlement allemand, cela laisse supposer que les nazis étaient d’extrême droite. C’est faux. Nazi est la contraction de deux mots : national et socialiste. Le parti nazi était un parti national socialiste. C’est l’histoire. On ne peut pas la refaire, alors on change arbitrairement les responsabilités par des mensonges ou de la désinformation.

Les fédéralistes vous disent qu’il faut une souveraineté européenne. C’est un vœu pieu. Il faudrait d’abord que les peuples européens aient le même sentiment d’appartenance. Ce n’est pas le cas. Le sentiment d’appartenance qui s’exprime actuellement n’est, hélas, que celui de l’argent. Ils le savent tous mais ne le disent pas.

Ils disent vouloir négocier avec la Corée du nord. Ils savent pourtant que cela débouchera sur un nouveau Munich. Un traité n’a de valeur que celle qui lui est attribuée par les signataires.

Les différentes accusations qui visent certains chefs d’états ne sont exprimées que pour les déstabiliser et trouver des prétextes aux renversements de dirigeants qui gênent des gros intérêts.

Ce ne sont que quelques exemples de ce qu’on vous raconte pour vous entrainer à accepter de nombreuses directives contraires à nos intérêts.

Les hommes resteront les hommes avec leurs qualités mais aussi leurs énormes défauts.

Seule la royauté peut freiner ces tendances qui seront de plus en plus utilisées par des hommes de moins en moins religieux, c’est-à-dire de moins en moins spirituels. Le matérialisme à outrance les détruira.

Je ne crois pas qu’on puisse se débarrasser du mensonge avant longtemps.

Vive la France libre, indépendante et souveraine !

Georges Martin.

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."